À Tours, dans les rues et dans les urnes, refusons le démantèlement de la sauvegarde de l’enfance et de notre hôpital !

Communiqué CATDP du 16 mai 2017

Dans sa campagne pour les élections législatives dans la circonscription du Lochois, « Marisol Touraine doit choisir le PS ou En Marche ! » lit-on dans la Nouvelle République de ce jour. Ses tergiversations au cours des dernières semaines, tout comme celles de Jean-Patrick Gille, candidat sur la circonscription de Tours, réduisent non seulement leurs espoirs respectifs d’être réélus, mais aussi compromettent leurs ambitions de conquête de la métropole Tours Val de Loire en 2020. Tous les deux n’ont pas compris que les contre-réformes qu’ils menaient au sein du PS conduisaient irrémédiablement à la droitisation libérale et nationaliste du pays et, dans le même mouvement, au naufrage du parti qui les avait hissés aux plus hautes fonctions. C’en est donc fini de leurs prétentions à la fois nationales et locales.

Les choses n’en restent malheureusement pas là !

Les politiques désastreuses conduites par Marisol Touraine, ex-ministre des Affaires sociales et de la Santé du gouvernement Hollande/Valls, menacent aujourd’hui plusieurs centaines d’emplois locaux, au CHRU et à l’Aide sociale à l’enfance de Tours. Dans la continuité des contre-réformes engagées notamment par Alain Juppé en 1995 et poursuivies par Roselyne Bachelot en 2009, Marisol Touraine a continué l’entreprise de marchandisation du secteur social, médico-social et de la santé, dans l’intérêt d’établissements et services privés à but lucratif, et donc aux dépens du service public. Les déréglementations tous azimuts, les mises en concurrence, les politiques de restrictions budgétaires, bref la volonté de paupérisation de notre service public local continuera d’animer les défenseurs de l’idéologie néolibérale, qu’ils se réclament de gauche, du centre (ni-ni) ou de droite.

Sous le prétexte de « Performance et de Modernisation », slogan mystificateur qui accompagne la dégradation de la qualité des soins apportés à la population au niveau régional et national, le plan d’économie envisagé aujourd’hui par Marisol Touraine et porté aussi bien par Jean-Patrick Gille (député sortant PS de Tours) que Serge Babary (actuel maire de Tours et président du conseil de surveillance du CHRU), représente une catastrophe locale pour l’emploi et l’accès aux soins :

  • fermeture de l’hôpital pour enfants de Clocheville à Tours Centre, fermeture de l’hôpital de l’Ermitage (EHPAD) à Tours Nord, fermeture de la clinique psychiatrique universitaire (CPU) à Saint-Cyr-sur-Loire, et à plus long terme fermeture programmée de l’hôpital Bretonneau à Tours Centre, 
  • fermeture de 350 lits d’hospitalisation. Dès cette année 2017, ce sont par exemple les services d’hospitalisation de semaine d’ORL-ophtalmologie, neurochirurgie et urologie qui vont être fermés,
  • suppression de 400 postes de personnels soignants. Dès aujourd’hui les équipes de remplacement sont diminuées, et les services restructurés verront leurs effectifs soignants diminués drastiquement pour coller aux exigences de sous-effectifs permanents,
  • suppression également d’agents contractuels, d’agents administratifs et techniques directement impactés par les fermetures des sites, les différentes privatisations et les politiques de mutualisation au sein du GHT 37, le Groupement Hospitalier de Territoire d’Indre et Loire.

De la même manière les gouvernements de droite et du PS qui, depuis des décennies, se succèdent au pouvoir nationalement et localement pour organiser le démantèlement du secteur social et médico-social en diminuant les dotations de fonctionnement, en ouvrant les établissement et services à la concurrence, en dégradant les missions de service public à l’attention des personnes (enfants, adultes et personnes âgées) en situation de handicap, en arrivent aujourd’hui à créer de véritables ruptures de ces missions de service public dans le secteur de la sauvegarde de l’enfance en danger.

Ainsi, l’« Aide éducative en milieu ouvert » (AEMO) de notre département d’Indre-et-Loire, les établissements d’accueil pour enfants en danger de l’Auberdière à Tours et de la Chaumette à Joué-lès-Tours, qui appartiennent à l’Association départementale pour la sauvegarde de l’enfance d’Indre-et-Loire (ADSE 37), sont aujourd’hui menacés par le Conseil Départemental dont Céline Ballesteros, candidate LR pour les législatives sur Tours, est la vice-présidente.

Face à ces attaques, à la fois continuelles et de plus en plus accélérées, la riposte doit donc être déterminée, tant dans les rues que dans les urnes :

  1. Les personnels du secteur social, médico-social et de la santé, soutenus par leurs organisations syndicales représentatives (SUD, FO et CGT), exigent que les élu-es à tous les niveaux expriment publiquement leur opposition aux mesures de dégradation du service public, notamment sur la métropole de Tours Val de Loire.
  2. L’association C’est au Tour(s) du Peuple, qui soutient la candidature de Claude Bourdin et d’Inès Yamba-Tambikissa aux législatives de juin sur la première circonscription de Tours, apporte son soutien aux salarié-es du CHRU de Tours et de l’ADSE d’Indre-et-Loire.
  3. C’est au Tour(s) du Peuple appelle toute la population à s’associer aux mouvements sociaux engagés par les salarié-es du CHRU de TOURS et de l’ADSE 37 et leurs représentants syndicaux, SUD, FO et CGT.
  4. C’est au Tour(s) du Peuple appelle également la population tourangelle à sanctionner les promoteurs des politiques néolibérales, du FN au PS en passant par celles et ceux de REM et de LR, en apportant massivement leurs voix aux seuls candidats pour une gauche sociale et écologique en mesure de l’emporter en juin prochain dans notre ville : Claude Bourdin et Inès Yamba-Tambikissa.

C’est au Tour(s) du Peuple (CATDP)
16 mai 2017

Posts les plus consultés de ce blog

La place du Grand Marché rebaptisée !

Proclamation du 21 janvier 2017

Bonjour à toutes et tous ! Et merci d’abord, Tourangelles et Tourangeaux, habitants du 37 ou d’autres départements, étrangers résidant ici ou ailleurs, d’avoir répondu présents.

Si nous nous sommes rassemblés ici, sur cette place du Grand Marché, pour dans quelques minutes la rebaptiser, c’est pour toutes sortes de raisons que je vais maintenant, au nom de C’est au Tour(s) du Peuple, vous résumer :

C’est que nous en avons assez de ces enseignes des multinationales qui prolifèrent partout, aux quatre coins de la Ville, aux Atlantes de Saint-Pierre, avenue du Grand Sud à Chambray, et maintenant ici, au cœur même du Vieux Tours, avec l’installation de ce nouveau Mac Do. Ce nouveau M, tout propret, aseptisé, artificiel, qui fait suite à l’autre M, celui, là-bas, du Monstre pseudo-artistique et culturel, non vraiment, ce nouveau M, nous ne l’ai…M…ons pas ! Ici comme partout sur la planète.

Des mauvais choix politiques de la Ville de Tours et de la Métropole contre la culture!

Communiqué de l’association C’est au Tour(s) Du Peuple

De mauvaises nouvelles s’égrènent pour les activités culturelles pour Tours et la métropole : disparition brutale du Florilège vocal, de renommée internationale ; renoncement à la construction d’un nouveau centre chorégraphique ; inertie concernant le musée de la typographie ; refus de transformer l’orchestre de Tours en un orchestre permanent avec le même nombre de musiciens.

Lettre ouverte aux autorités compétentes en matière d’enseignement scolaire et de la petite enfance

Les membres de l’association C’est au (Tour)s du Peuple sont très inquiets de l’évolution récente de l’accueil des enfants. Cette inquiétude est aussi celle de la population, qui se manifeste par de nombreuses actions rendues publiques dans les médias locaux depuis septembre. Le contexte est même alarmant.

Au niveau national : révélations pendant l’année 2023 concernant les conditions d’accueil des jeunes enfants en crèche et, plus récemment, celles dévoilant le non respect de la loi dans certains établissements scolaires privés sous contrat comme en témoignent les cas les plus récents des établissements Averroès à Lille et Stanislas à Paris / préparation de la rentrée 2024 par le ministère de l’Éducation nationale.

L’actualité de l’école est très préoccupante. La Ministre Oudéa Castera a eu le mérite de mettre en lumière le séparatisme social de la bourgeoisie et la mainmise des églises sur l’école privée avec de graves dérives. S’y ajoutent les scandales ds crèches privées. Dans un contexte de manque de moyen pour l’école publique, les enseignant.es expriment leur colère. C'est dans ce contexte que les membres de l’association C’est au (Tour)s du Peuple ont adressé la lettre ouverte suivante aux autorités compétentes en matière d’enseignement scolaire (code de l’éducation) et de la petite enfance (code action sociale et famille).

Lettre ouverte aux autorités compétentes en matière d’enseignement  scolaire (code de l’éducation) et de la petite enfance (code action sociale et famille)

Objet : demande d’information sur la situation inquiétante des enfants scolarisés en Indre-et-Loire, en particulier à Tours, et des enfants de moins de trois ans accueillis dans les établissements privés sous et hors contrat, et dans les établissements publics

 

Monsieur Patrice Latron, Préfet d’Indre et Loire,
Monsieur Gilles Halbout, Recteur de l’académie Orléans Tours
Monsieur Christian Mendivé, Dasen d’Indre et Loire
Monsieur Emmanuel Denis, Maire de Tours

Tours le 20 février 2024

Messieurs,

Les membres de l’association C’est au (Tour)s du Peuple sont très inquiets de l’évolution récente de l’accueil des enfants. Cette inquiétude est aussi celle de la population, qui se manifeste par de nombreuses actions rendues publiques dans les médias locaux depuis septembre. Le contexte est même alarmant.

Au niveau national : révélations pendant l’année 2023 concernant les conditions d’accueil des jeunes enfants en crèche et, plus récemment, celles dévoilant le non respect de la loi dans certains établissements scolaires privés sous contrat comme en témoignent les cas les plus récents des établissements Averroès à Lille et Stanislas à Paris / préparation de la rentrée 2024 par le ministère de l’Éducation nationale.

Au niveau local, une série d’évènements ponctuels depuis la rentrée 2023 alertent : hausse du nombre d’enfants sans abri / fermeture puis réouverture de mini-crèches à Tours / multiplication des familles pratiquant ou souhaitant pratiquer l’école à la maison / croissance des effectifs en établissements privés / fermeture par la préfecture d’un lieu d’enseignement coranique rue Ch. Colomb / suppression de plusieurs dizaines de classes dans l’enseignement public programmée en Indre-et-Loire pour septembre 2024.

C’est au Tour(s) du Peuple vous demande, dans le cadre de vos compétences, des réponses aux questions suivantes présentées sans ordre d’urgence car elles sont toutes urgentes, cruciales :

  • Un état des lieux récent de l’accueil public, privé, associatif des très jeunes enfants est-il disponible ? Ou bien est-il en cours et si oui, à quelle échéance ?
  • Quel est le chiffrage du financement de l’enseignement privé sous contrat par des fonds publics à Tours et en Indre-et-Loire ?
  • Quels contrôles ont été effectués et à quelles dates dans les établissements privés – sous et hors contrat – sur le respect de la mixité filles/garçons, y compris les détournements comme les classes partagées en deux espaces distincts (loi de 1976) et le respect de la mixité sociale (loi Debré, 1959).
  • Quelle est la place de l’enseignement religieux dans les établissements confessionnels : respect de la loi ou bien obligation déguisée, contenus sexistes, discriminatoires, infamants sous couvert de foi religieuse ? Dispositif d’alerte existant ou non pour les cas de mal-traitance des enfants ?
  • Comment est suivi le droit à l’enseignement des enfants « scolarisés à la maison » : contrôle des demandes en amont et inspection pédagogique sur les contenus enseignés dans les familles en aval (code de l’Éducation art. 131).
  • Pour l’enseignement public, il faudrait une présentation plus claire et prospective du projet rectoral à propos de l’enseignement artistique en classes Cham/Chad pour répondre aux inquiétudes légitimes et des familles et des collèges concernés (Francis Poulenc, Michelet, Anatole France). Et surtout reconsidérer totalement les fermetures de classes : 38 en Indre-et-Loire, 5 à Tours centre. Alors que 20% des habitants la ville de Tours vivent en-dessous du seuil de pauvreté (France 14%), la hausse des effectifs par classe hypothèque gravement la scolarisation des enfants en difficulté sociale et de logement, et casse les initiatives d’inclusion les enfants handicapés (autisme, etc.).

Merci de votre attention et vos réponses.

Recevez nos associatives salutations.

L’association C’est Au Tour(s) Du Peuple

Lettre écrite et délibérée collectivement par les adhérent(e)s
Coordonnées : Association C’est Au Tour(s) Du Peuple C/ Serpent Volant, rue du Grand Marché 37000 Tours – cautoursdupeuple@gmail.com

Cette lettre ouverte est communiquée au député Charles Fournier, aux médias, aux syndicats et aux associations. Elle est publiée sur nos réseaux sociaux. Les réponses le seront aussi.

.