NON au Tram coûteux des multinationales ! OUI à des Trambus électriques moins chers ! Pour une alternative au projet « Briand/Bouchet »

B9713596295Z 1 20171023185225 000+GILA1DFGO 3 0

Parce que ce projet est ruineux !

La Cour des Comptes a relevé que la première ligne de tram avait coûté 638 M€, soit 2,5 fois plus que ce qui avait été prévu et bien plus cher que dans d’autres villes.

Le coût de fonctionnement de cette ligne est le plus cher de France et la Cour des Comptes souligne qu’il faudra plus de 30 ans pour désendetter la Métropole...

Mais qu’importe, Messieurs Briand et Bouchet souhaitent une deuxième ligne de tram et tablent cette fois sur un budget de 305 M€ dont rien ne garantit que le coût final ne sera pas, lui aussi, largement supérieur aux prévisions.

La Cour des Comptes nous a pourtant avertis : la Métropole ne peut plus compter sur une nouvelle augmentation du Versement transport (VT) et la participation de l’État est loin d’être assurée. Elle a mis en garde nos responsables politiques actuels : les finances actuelles de la métropole ne permettent pas de supporter le coût d’une deuxième ligne de tramway, qui aboutirait immanquablement à une Métropole surendettée.

La Cour n’émet bien sûr que des recommandations, et maîtres chez eux, Messieurs Briand et Bouchet, « gestionnaires de portefeuilles », ne veulent pas s’en laisser compter et tiennent à poursuivre leur logique d’investissements démesurés, accentuant l’asservissement de la population tourangelle au monde de la finance, et ce sur plusieurs générations !

Parce que ce projet, aussi, est dépassé !

Récidiver sur le même modèle va par ailleurs à contre-courant des choix faits dans la plupart des autres villes, avec des solutions alternatives, sociales et écologiques, beaucoup moins ruineuses : le Trambus électrique de la métropole d'Amiens et celui du Pays basque, le bus à piles à hydrogène alimentées par des panneaux solaires à Pau, le Busway de Nantes, etc., etc.

Tous ces Trambus électriques sont silencieux et sans vibration, ils accélèrent sans à-coups et surtout ils ne nécessitent aucune alimentation électrique aérienne ou au sol.

Ils coûtent 5 fois moins cher qu’une rame de tram, et alors que le tram fige le développement des villes, sur ses pneus, un Trambus électrique en site propre offre des possibilités d’adaptation à l’évolution urbaine.

Enfin, le coût de fonctionnement au kilomètre est en moyenne 30% moins élevé pour un Trambus électrique.

Bref, pourquoi, à l’exemple des villes les plus innovantes, ne pas développer le Trambus électrique et, de manière générale, le transport collectif avec l’accès gratuit pour toutes et tous, les déplacements à pied ou à vélo, tout cela en site propre ?

Il est donc urgent de nous mobiliser !

Au lieu de se laisser imposer le projet d’investissement insensé Briand/Bouchet, et cela via une pseudo-consultation sur « Royer ou Béranger ? », exigeons une véritable consultation et une décision démocratique prenant en compte les enjeux fiscaux, environnementaux et sociaux liés à la mobilité dans notre Métropole, pour les 50 ans à venir.

Lors de cette consultation citoyenne, l’association C’est au Tour(s) du Peuple (CATDP) proposera la mise en place progressive de plusieurs lignes de Trambus électriques avec des parkings-relais nécessaires pour les voitures. Ainsi nous pourrons relier Tours à Saint-Pierre-des-Corps et La Riche à Chambray-lès-Tours avec le même service qu’un tramway, le même impact écologique et à moindre coût !

C’est au Tour(s) du Peuple (CATDP)
10 novembre 2018

B9713596295Z 1 20171023185225 000+GILA1DFGO 3 0

Posts les plus consultés de ce blog

Communiqué de C’est Au Tour(s) Du Peuple, le 28 juin 2022

Sans aucune concertation les Maires et la Métropole avancent un nouveau tracé, ils en ont parlé entre eux et avec la Préfète ! Et les habitant.es ? Ce nouveau choix marque l’abandon du tracé initial par Béranger. Arbres et fontaines seront donc préservés de ce côté là. C’est une satisfaction pour les associations qui se sont mobilisées, dont C’est Au Tour(s) Du Peuple avec énergie.

Vive le mouvement social du 5 décembre !

Communiqué du 2 décembre 2019

Le 5 décembre prochain, à l’appel de nombreux syndicats du secteur des transports et bien au-delà, un mouvement social va débuter pour mettre en échec la contre-réforme du système des retraites. Engagé depuis toujours dans la défense des conquêtes sociales et des services publics, le collectif C’est au Tour(s) du Peuple 2020 apporte son total soutien au mouvement.

Le projet du gouvernement, lancé officiellement au nom de l’égalité et donc contre les régimes spéciaux en priorité, est en réalité un projet de destruction complète du régime des retraites mis en place à la Libération dans le cadre de la Sécurité sociale.

Après des attaques répétées (Plans Balladur, Juppé, Fillon, etc.), Macron veut maintenant abolir le système né il y a trois quarts de siècle en instaurant d'une part un mécanisme de « points » à la valeur fluctuante d’une année sur l’autre et donc conduisant à la baisse des pensions, et d'autre part en allongeant encore le temps de travail.

Pour le collectif C’est au Tour(s) du Peuple 2020, créer des emplois, augmenter les salaires et taxer les profits financiers, voilà les seuls vrais moyens d’accroître les recettes et de supprimer le déficit - largement fabriqué ! - des caisses de retraite.

C’est pourquoi nous serons dans la rue à partir du 5 décembre, aux côtés de toutes celles et ceux qui sont en lutte, au nom des générations passées, présentes et à venir.

C’est au Tour(s) du Peuple 2020
2 décembre 2019

Stop à la destruction des services publics !

Communiqué CATDP du 14 novembre 2016

Après la fermeture de bon nombre de bureaux de poste en milieu rural, la suppression de prétendues « petites lignes » de chemin de fer, la casse des services publics se poursuit en Touraine comme dans l’ensemble du territoire.

Les guichets SNCF à Saint-Pierre-des-Corps, 4 bureaux de poste à Tours, des boîtes à lettres dans différents quartiers sont supprimés, tandis que diminuent les effectifs du personnel soignant et les lits d’hôpitaux, les lieux d’accueil dans des services tels que la CPAM ou la CAF.