Une bonne idée démocratique et financière !

Communiqué CATDP2020 du 29 mai 2020

Une campagne électorale, chacun le sait, ne se fait pas sans argent et il est indispensable que la population, qu’elle se déplace ou non pour aller voter, dispose à ce sujet d’informations précises et dûment vérifiables.

C’est pourquoi la liste C’est au Tour(s) du Peuple 2020 prend aujourd’hui l’initiative de rendre publiques les sommes qu’elle a dépensées pour les élections municipales 2020 à Tours. Du début de la campagne jusqu’au 1er tour du 15 mars où nous avons obtenu 5,54% des suffrages exprimés, elles se sont élevées à un total d’un peu plus de 14000€, ainsi qu’en atteste notre livre de comptes.

Nous ne doutons pas que notre souci d’information des Tourangelles et des Tourangeaux sera partagé par les 10 autres listes et qu’elles voudront bien, dans les plus brefs délais, communiquer le montant de leurs dépenses au soir du 15 mars. Le plus simple est qu’elles transmettent ce montant à La Nouvelle République et aux autres médias locaux qui se chargeront d’en faire la publicité.

Pour rappel, cette proposition démocratique concerne les listes suivantes : Tours nous rassemble (Christophe Bouchet), Nous ne battrons pas en retraite à Tours (Carole Charrier), Projet citoyen pour Tours (Michaël Cortot), Vous + Nous = Tours (Xavier Dateu), Pour demain Tours 2020 (Emmanuel Denis), Les indépendants Tours 2020 (Nicolas Gautreau), Alliance et rassemblement pour Tours (Gilles Godefroy), Lutte ouvrière-Faire entendre le camp des travailleurs (Thomas Jouhannaud), Tours en mouvement (Philippe Lacaïle), C’est votre Tours (Benoist Pierre).

C’est au Tour(s) du Peuple 2020
29 mai 2020

Posts les plus consultés de ce blog

Communiqué de C’est Au Tour(s) Du Peuple, le 28 juin 2022

Sans aucune concertation les Maires et la Métropole avancent un nouveau tracé, ils en ont parlé entre eux et avec la Préfète ! Et les habitant.es ? Ce nouveau choix marque l’abandon du tracé initial par Béranger. Arbres et fontaines seront donc préservés de ce côté là. C’est une satisfaction pour les associations qui se sont mobilisées, dont C’est Au Tour(s) Du Peuple avec énergie.

Vive le mouvement social du 5 décembre !

Communiqué du 2 décembre 2019

Le 5 décembre prochain, à l’appel de nombreux syndicats du secteur des transports et bien au-delà, un mouvement social va débuter pour mettre en échec la contre-réforme du système des retraites. Engagé depuis toujours dans la défense des conquêtes sociales et des services publics, le collectif C’est au Tour(s) du Peuple 2020 apporte son total soutien au mouvement.

Le projet du gouvernement, lancé officiellement au nom de l’égalité et donc contre les régimes spéciaux en priorité, est en réalité un projet de destruction complète du régime des retraites mis en place à la Libération dans le cadre de la Sécurité sociale.

Après des attaques répétées (Plans Balladur, Juppé, Fillon, etc.), Macron veut maintenant abolir le système né il y a trois quarts de siècle en instaurant d'une part un mécanisme de « points » à la valeur fluctuante d’une année sur l’autre et donc conduisant à la baisse des pensions, et d'autre part en allongeant encore le temps de travail.

Pour le collectif C’est au Tour(s) du Peuple 2020, créer des emplois, augmenter les salaires et taxer les profits financiers, voilà les seuls vrais moyens d’accroître les recettes et de supprimer le déficit - largement fabriqué ! - des caisses de retraite.

C’est pourquoi nous serons dans la rue à partir du 5 décembre, aux côtés de toutes celles et ceux qui sont en lutte, au nom des générations passées, présentes et à venir.

C’est au Tour(s) du Peuple 2020
2 décembre 2019

Stop à la destruction des services publics !

Communiqué CATDP du 14 novembre 2016

Après la fermeture de bon nombre de bureaux de poste en milieu rural, la suppression de prétendues « petites lignes » de chemin de fer, la casse des services publics se poursuit en Touraine comme dans l’ensemble du territoire.

Les guichets SNCF à Saint-Pierre-des-Corps, 4 bureaux de poste à Tours, des boîtes à lettres dans différents quartiers sont supprimés, tandis que diminuent les effectifs du personnel soignant et les lits d’hôpitaux, les lieux d’accueil dans des services tels que la CPAM ou la CAF.