La 5G, un nouveau grand projet inutile et futile

Communiqué CATDP du 3 mai 2021

À la « consultation citoyenne », plutôt bâclée, que la Métropole a organisée à propos de l’installation de la 5G dans l’agglomération tourangelle, il n’est pas trop tard pour répondre. À cette future installation déjà programmée et qui fait donc déjà flamber les cours boursiers des entreprises de la téléphonie, voici quatre séries d’arguments que l’on peut et doit, sans relâche, opposer à ce nouveau grand – et même pharaonique – projet inutile.

1 – Menaces sur la santé

La 5G augmente considérablement l’exposition aux rayonnements de radiofréquences sur le vivant (plantes, animaux et humains) et risque d’entraîner, à court ou moyen terme, des effets nocifs sur la santé des individus, en particulier les enfants et femmes enceintes : mutations génétiques, pathologies occulaires, chute de la fertilité masculine, troubles neurologiques de toutes sortes, fausses couches, pertes de mémoire, difficultés d’apprentissage, problèmes de peau, etc.

Les effets biologiques n’ont été testés scientifiquement ni par les fabricants d’équipements de radiotéléphonie, ni par les instances gouvernementales, ni par les organismes chargés d’établir les normes admissibles d’exposition, ni par les opérateurs.

La 5G exposera tout le monde à beaucoup plus de rayonnements, de façon permanente, 24h/24.

2 – Menaces sur les libertés

La 5G permet de recueillir des milliards de données personnelles sur la vie de tous les habitants, facilitant ainsi la surveillance – déjà considérable – de chaque individu. Plus de séparation entre vie publique et vie privée. À terme, plus d’intimité possible mais la « transparence » absolue de nos vies, pour notre plus grand malheur quand l’État choisira, pour une raison ou pour une autre, d’intervenir.

3 – Menaces sociales et économiques

L’augmentation des maladies et des malades aura de lourdes répercussions sur le coût de la santé.

L’augmentation probable du nombre de maladies graves risque de provoquer l’apparition de symptômes d’électro-hypersensibilité (EHS) chez de nombreuses personnes qui, devenant inaptes au travail, se retrouveront mises à l’écart de toute vie sociale.

Sommés de « télétravailler » toujours plus, salariés et élèves seront de plus en plus privés des relations sociales dont les humains se nourrissent pour construire leurs personnalités de leur naissance à leur mort. Les collectifs de travail seront définitivement brisés, à la plus grande satisfaction des patrons.

La 5G est censée « relancer l’économie » et créer des emplois grâce à la fabrication et la commercialisation de tous les objets connectés, mais elle va aussi en supprimer massivement grâce à l’automatisation et à la robotisation. En cela, la 5G relève du mythe selon lequel le chômage ne peut être réduit que par « la croissance » et, plus largement, que les problèmes des humains peuvent tous être réglés par la technique.

4 – Menaces sur l’environnement

La 5G permet de connecter une grande quantité d’objets et véhiculera donc beaucoup plus de données mais les millions d’antennes 5G ne seront jamais en mode « veille », en raison des connexions permanentes de tous les objets connectés.

Des milliards d’appareils deviendront dans moins de dix ans autant de déchets (très peu recyclables), aggravant un bilan écologique déjà lourd.

Il faudra aussi détruire la totalité des appareils mobiles existants devenus obsolètes, et produire des milliards de nouveaux appareils, en plus des dizaines de millions d’antennes. Or, la production de ces appareils nécessite des matériaux (les « terres rares ») qui sont extraits au mépris des droits humains.

De plus, tout cela entraînera inévitablement une augmentation de la production et de la consommation d’énergie : près de 15% de la production électrique mondiale devront être utilisés par les objets connectés.

*

Les défenseurs de la 5G nous rebattent les oreilles avec « les immenses progrès » qu’elle permettra d’accomplir. Mais quels progrès par rapport à l’existant ? Une meilleure réactivité des voitures autonomes ? L’amélioration de la « réalité » virtuelle pour les « gamers » sur « smartphone » (« cloud gaming ») ? Un gain de quelques minutes pour télécharger les séries fabriquées à la chaîne ? Si les puissants qui dirigent le monde en sont arrivés à nommer « progrès » ce genre de futilités, il n’est sans doute pas étonnant que l’humanité soit en train de courir à sa perte sous l’effet conjugué du recul de la démocratie dans tous les pays, du bouleversement global des grands équilibres écologiques, des pandémies à répétition et des énormes inégalités sociales, économiques et culturelles qui la fracturent…

Posts les plus consultés de ce blog

Tramway : la Métropole hésite et réfléchit, C’est Au Tour(s) Du Peuple propose.

C’est Au Tour(s) Du Peuple conteste le projet des lignes 2 & 3 depuis son annonce en argumentant de plusieurs points de vue : écologique (pas d’abattages d’arbres), économique (développement des transports publics) et social (gratuité totale des transports publics).

Les actions menées ces derniers mois ont démontré que de nombreuses personnes rejoignaient nos arguments et propositions.

5G : des déclarations médiatiques au débat démocratique

Communiqué CATDP du 25 octobre 2021

Les antennes 5G se déploient sur le territoire avec l’accord d’Emmanuel Macron et, de fait, l’accord tacite de la majorité des parlementaires et de nombreux élus locaux.

La « Convention citoyenne sur le climat » et ces 150 participants ont, parmi leurs propositions, demandé un moratoire sur la 5G et un débat public pour des technologies plus sobres, respectueuses de l’environnement et de la santé. L’impérial président a rejeté cette proposition – et bien d’autres – puis il a attribué des licences aux opérateurs, ouvrant la voie au déploiement. Cela avant toute étude d’impact et sans le moindre débat.

Communiqué C'est au Tour(s) du Peuple suite à un article de la NR concernant le tramway

Pau se dote de trambus à Hydrogène

La Nouvelle République datée du 14 octobre, sous la signature de Raphaël Chambriard, publie un grand article sous le titre "Pas d'avocat pour le tram sur roues".

Pour démontrer ce propos, il indique que ce type de matériel est un fiasco à Caen, Nancy et Clermont-Ferrand, ce qui est tout à fait vrai. Mais de quel tram parle ce journaliste peu curieux (pour ne pas dire plus !) ?

Il s’agit d’un type ancien de tramway développé avec une technologie de Bombardier et un guidage constitué par un rail central. Cette technologie n'est pas fiable et n'a donc pas su se diffuser. Le Translohr de Clermont-Ferrand (mis en service en 2006) n'a rien à voir par exemple avec le Fébus de Pau inauguré en 2020.