Projet de loi : exterminons l’humanité, commençons par les enfants

Par Yvette Aufrère

En tant que citoyenne, je souhaite participer à la protection de la population française contre le COVID 19. Je propose de modestes idées pour aider l’État français dans sa pénible tâche de gestion sanitaire.

Je soumets ainsi l’ébauche d’un projet de loi. J’essaie de voir comment les parlementaires font d’habitude et je me lance.

Cette loi pourrait s’inscrire dans celle contre le séparatisme et être insérée dans un volet « bonnes pratiques en temps de COVID 19 ». C’est bien comme ça qu’ils procèdent ?

Elle a trait à la réouverture des écoles, et plus précisément à la gestion des repas à la cantine, lieu privilégié entre tous pour la propagation du coronavirus.

Le texte pourrait être le suivant :

Préambule :

La France fait une proposition audacieuse au sein de l’Union Européenne. Elle compte sur la compréhension de la population française qui saisira le bien-fondé d’une telle décision exceptionnelle. À situation exceptionnelle, décisions exceptionnelles. Le gouvernement pourra, par la suite, faire entrer la loi d’urgence dans le droit commun ; c’est un cas de figure qui n’est, lui, plus exceptionnel (humour de parlementaire).

Vu le non respect de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant dont se rend coupable l’État français, notamment des articles 3, 28, 29 et 31,

Vu la maltraitance physique déjà exercée par l’État français, notamment l’ouverture des fenêtres des classes en plein hiver (2°C au plus chaud de la journée) pour l’aération des classes, 

Vu les dégâts dans l’apprentissage des émotions et de la construction cérébrale des nourrissons en crèches du fait que les adultes portent des masques en permanence, entraînant des lacunes irréversibles dans l’acquisition du langage et la socialisation des enfants,

Vu la maltraitance due au non respect des rythmes biologiques des enfants réclamant de la régularité pour que des fonctions cognitives puissent se mettre en place et fonctionner normalement,

Vu le tabou des relations sociales et humaines qu’entraîne chez les enfants l’interdiction de toucher les autres et d’être touchés par eux,

Vue la maltraitance psychique due à l’angoisse transmise aux enfants par des adultes au bord de la crise de nerfs avec lesquels ils sont enfermés en permanence (scenario du type : « papa tape maman tous les jours », « maman est sous cachetons à longueur de journée » ou « papa a tué maman, y’a une grosse flaque de sang dans la cuisine »)

Vu un accroissement des comportements suicidaires chez les moins de 15 ans,

Vu le visionnage accru de films pornos par des enfants prépubères laissés sans surveillance ni accompagnement dans la découverte et l’utilisation des nouvelles technologies,

Et ce, malgré le peu de contaminations des enfants par le COVID 19 et celle due aux enfants,

Et parce que nous pensons que les plus jeunes peuvent bien se sacrifier pour les plus vieux,

Proposition :

Nous jugeons dommageable de nous arrêter en si bon chemin et nous nous sentons légitimes à interdire aux enfants de manger à l’heure du repas de midi quand celui-ci se déroule en collectivité à la cantine de leur établissement scolaire.

Nous proposons une mise en place échelonnée de la loi :

Étape numéro 1 : volet pédagogique. Distribution à l’adresse de toutes les familles de métropole et d’outre-mer de plaquettes explicatives de la loi via internet. L’application de la loi républicaine ne doit pas se faire contre la population mais avec son accord. Nous croyons profondément qu’un citoyen bien informé est un citoyen de bonne volonté. Pour ce faire, nous accélérerons le déploiement de la 5G, urgence oblige.

Étape numéro 2 : volet répressif policier. Les familles toujours récalcitrantes à l’idée de laisser leurs enfants sans manger durant 10H d’affilée se verront imposer une peine de prison ferme. Pour rendre l’exercice de la police plus efficace, nous n’hésiterons pas à nous servir dans le budget de l’hôpital afin de pourvoir les forces de l’ordre en matériel jugé indispensable au rétablissement de l’ordre public – type LBD, grenade lacrymogène, grenade assourdissante, etc.

Étape numéro 3 : volet répressif militaire. Intervention de l’armée et incarcération des familles délinquantes dans des camps de redressement bienveillants : accompagnement par des moniteurs spécialement formés au care, horaires strictes pour empêcher l’avachissement moral, port de l’uniforme obligatoire, levée des couleurs chaque matin, etc.

Nous espérons ne pas avoir recours à l’étape numéro 4, ce qui nous fendrait le cœur (mais on l’a quand-même prévue) : exécution, devant le Mur du Bon Citoyen, de l’ensemble des membres d’une famille refusant d’abjurer la croyance stupide en une vie meilleure.

Nous proposerons, bien évidemment, entre midi et deux, des activités adaptées à l’âge des enfants. Pour ce faire, les services de Pôle Emploi et de la CAF auront toute légitimité pour désigner arbitrairement des chômeurs en fin de droits et des allocataires du RSA que les collectivités territoriales engageront en contrats précaires et payeront des cacahuètes. On va pas donner des salaires de ministres à des fainéants pour torcher le cul des mouflets.

Il sera demandé aux enfant d’être obéissants et de ne pas réclamer indûment à manger.

Si un enfant refuse d’entendre raison, c’est punition sévère directe sans sommations. Ré-instauration du bonnet d’âne, des coups de règles sur les doigts, du martinet, des humiliations publiques, etc.

Cas particulier des enfants de maternelle :

Si l’enfant devant être sanctionné est en classe maternelle, confiscation du doudou, même et surtout s’il le demande, y compris si l’enfant peine à étouffer ses sanglots, regarde l’adulte d’un air effrayé et ne comprend pas ce qui se passe. Pas de sensiblerie de mise chez les adultes citoyens. Et si le jeune contrevenant s’entête dans sa rébellion, exécution du dit doudou au milieu de la cour de l’école en présence des autorités de l’établissement et de l’ensemble des élèves, et ce pour l’édification des jeunes esprits et pour les dissuader de tomber dans une idéologie délétère. Nous suggérons la sonnerie aux morts en fond musical, durant l’exécution (panel d’enregistrements téléchargeables gratuitement sur les sites du gouvernement, du ministère de l’éducation nationale et du ministère de la défense).

Les programmes de nos petits maternels auront été préalablement ajustés à l’actualité et il leur aura été demandé de construire en classe, avec leur enseignant, de petites potences adaptées à la taille approximative d’un doudou, de petites panoplies d’écartèlement, de piloris et de bûchers miniatures, etc, selon l’inspiration du camarade enseignant – avec matériaux de récupération, peu onéreux et écologiques.

Les initiatives personnelles sont les bienvenues tant qu’il s’agit d’honorer la grandeur de l’État français et d’enrichir les grandes entreprises qui se nourrissent dessus.

Ensemble, construisons un monde plus juste et plus accueillant.

Posts les plus consultés de ce blog

Tramway : la Métropole hésite et réfléchit, C’est Au Tour(s) Du Peuple propose.

C’est Au Tour(s) Du Peuple conteste le projet des lignes 2 & 3 depuis son annonce en argumentant de plusieurs points de vue : écologique (pas d’abattages d’arbres), économique (développement des transports publics) et social (gratuité totale des transports publics).

Les actions menées ces derniers mois ont démontré que de nombreuses personnes rejoignaient nos arguments et propositions.

Comment faire de la politique sans éthique avec Munsh-Masset, Schwartz, Briand et les autres ...?

Les affaires judiciaires qui touchent Tours et la Métropole s’enchaînent depuis quelques mois, démontrant une fois de plus que la démocratie ne fonctionne pas bien du tout dans notre pays.

C’est au Tour(s) du Peuple dénonce depuis sa création le cumul des mandats et a alerté à diverses reprises sur les conflits d’intérêts de plusieurs élus municipaux après l’élection de 2020. Sans obtenir la moindre réponse. Et l’on voit nombre de commentateurs faire aujourd’hui semblant de découvrir, à travers « l’affaire Münsch-Masset » (350 000 euros de dons faits à une association d’aide aux handicapés détournés pour accroître son train de vie…), que le cumul des mandats d’élu et des fonctions de direction d’organismes ou d’entreprises est à bannir si l’on veut que la démocratie s’épanouisse. Le directeur de l’APAJH 37, Guillaume Masset, avait succédé à son épouse, Cathy Münsch-Masset, sans que cela émeuve grand monde quand elle était devenue conseillère régionale et vice-présidente de la région Centre puis première adjointe de la ville de Tours en 2020, chargée de la solidarité et du handicap tout en continuant de diriger Humanisme et Habitat, étroitement liée à l’APAJH. Les deux époux siégeaient ensemble à la direction du CCAS de la ville de Tours.

Mêmes commentaires étonnés, il y a quelques mois, à propos du maire de La Riche, Wilfried Schwartz. On « découvrait » qu’il se comportait de façon inadmissible avec le personnel municipal. Les syndicats d’agents municipaux avaient pourtant donné l’alerte depuis plusieurs années. En vain : la parole d’un maire vaut toujours plus que celle d’un syndicaliste. Et cela n’avait pas empêché les élus métropolitains de le porter à la présidence de la Métropole en 2020, jusqu’à ce qu’il gifle son directeur de cabinet et soit contraint de démissionner… pour revenir comme vice-président de la Métropole, chargé des transports, lui qui a déjà fait exproprier 150 habitants de sa commune sur le trajet de la 2e ligne de tram toujours pas définitivement et légalement décidée.

Ajoutons à ces lamentables affaires « l’affaire Bygmalion » (financement illégal de la campagne électorale de N. Sarkozy en 2012) qui a vu en 2021 la condamnation de Ph. Briand, maire de St-Cyr, ancien président de la Métropole et ancien député mais aussi P-DG de Cytia, première entreprise française de gestion immobilière, et à ce titre 282e fortune du pays.

Il est temps de mettre en accord les promesses de campagne et les actes qui suivent, une fois qu’on est élu. C’est ce que C'est au Tour(s) du Peuple exigeait à sa façon tout au long des négociations qui ont précédé les dernières municipales avec la liste menée par Emmanuel Denis. Sans que nos demandes, tout à fait normales en démocratie, soient prises en compte.

Rappelons que les élus de la Ville de Tours et du Conseil métropolitain ont été élus en 2020 avec une participation très faible de 33% des électeurs et donc leur légitimité est très réduite.

Le manque d'éthique en politique de ces mêmes élus les discrédite davantage. Afin de redonner le pouvoir aux citoyens et de faire vivre la démocratie locale, nous demandons la démission de tous les élus municipaux et métropolitains pour procéder à de nouvelles élections.

L'association C'est Au Tour(s) Du Peuple
Novembre 2021