Traminator : un combat pour la gratuité des transports publics

L’association CATDP propose depuis très longtemps la mise en place de la gratuité totale des transports publics sur l’agglomération de Tours. En septembre 2016, elle organisait déjà un débat avec les partis politiques et les syndicats sur ce thème.

Le mouvement des gilets jaunes et les mobilisations pour le climat n’ont fait que renforcer notre engagement pour cette gratuité totale, car non seulement c’est une mesure sociale importante (on calcule que pour une famille de 4 personnes c’est 1500€ d’économies par an) mais aussi une mesure écologique pour lutter contre la pollution automobile. Elle a aussi l’avantage de favoriser le développement de l’activité économique, commerciale, culturelle et sportive, de supprimer les aberrations de la tarification sociale actuelle et de favoriser la mixité sociale.

Le financement de la gratuité totale

Il faut compenser les recettes annuelles de la billetterie (environ 25 M€) et maintenir l’emploi à Fil Bleu. Nous avons démontré que c’était possible par l’affectation prioritaire de la dotation de l’État attribuée à la Métropole, l’utilisation d’une partie de la Cotisation foncière d’entreprise (CFE). On y ajoute la taxe de séjour payée par les touristes et les sommes collectées dans les parcmètres, les subventions à Ryanair et la récupération des profits annuels de Kéolis en substituant à cette dernière une régie publique métropolitaine.

Les objections

Il est assez surprenant que les principales objections à la gratuité soient venues des écologistes actuellement au pouvoir à la mairie de Tours. Selon eux, cette gratuité était impossible dans une grande ville. Les exemples de Dunkerque puis Montpellier et bientôt Nantes devraient les faire verdir de honte. Ils estimaient que la Métropole ne pouvait pas supporter la dépense raisonnable de la gratuité alors qu’ils envisagent aujourd’hui de dépenser un milliard d’euros pour réaliser les lignes 2 et 3 du tramway. Comment ne pas penser que ces lignes de tramway, construites « quoi qu’il en coûte », soient surtout pour certains dirigeants, soutenus par les promoteurs et les banquiers très intéressés, des réalisations de prestige au service de leur gloire ?

Pour des tram-bus à piles à hydrogène

Nous pensons que des tram-bus, sur pneus, peuvent irriguer toute la Métropole et sont à même de répondre à la demande de futures zones d’habitations comme par exemple au Menneton, ce que ne fera jamais une ligne de tramway fixée au sol pour 50 ans. Et comment évoluera la ville de Tours pendant ce demi-siècle ?

Un tramway peut transporter deux fois plus de voyageurs qu’un tram-bus mais une flotte conséquente de tram-bus multiplie les arrêts, or ce qui est important pour les voyageurs c’est la proximité d’un arrêt.

Enfin les tram-bus ne nécessitent pas, comme les lignes de tramway, d’effectuer des travaux de voirie importants (comme les poses de rails) et de procéder à des expulsions.

Le tramway et le tram-bus à pile à hydrogène sont deux modes de mobilités douces qui ne polluent pas. Cependant ils ne sont pas, pour l’instant, écologiquement parfaits car ils utilisent tous les deux de l’électricité (celle produite par la centrale nucléaire de Chinon ?), l’un pour alimenter les moteurs électriques de ses rames et l’autre pour produire de l’hydrogène.

Contre les projets de nouvelles lignes de tramway

Ces projets figent pendant des années les possibilités financières de la Métropole et interdisent de fait la mise en place de la gratuité des transports publics. En effet, pour couvrir les 430M€ nécessaires pour la seule ligne 2, la Métropole propose d’emprunter 385 M€ alors qu’elle est déjà endettée à hauteur de 372M€ et que la première ligne, qui a coûté 638 M€, ne sera définitivement payée qu’en 2043.

Contre le passage de la ligne 2 du tramway par le Boulevard Béranger

La gratuité des transports publics étant aussi une mesure pour lutter contre la pollution automobile, il est évident que nous sommes pour la protection des arbres des boulevards. Chacun d’eux stocke plus de 30kg de CO2 par an. Or la Municipalité de Tours a choisi de faire passer la ligne 2 du tramway par le boulevard Béranger et donc d’abattre les platanes des rangées extérieures pour faire place à la circulation et au stationnement. C’est déjà inadmissible !

De plus nous sommes en mesure d’affirmer que ces premiers abattages et les travaux de voirie nécessaires pour déplacer ou reconstruire certains réseaux d’eau, de gaz, d’électricité ou de télécommunications, devenus bientôt inaccessibles sous les rails, vont impacter les platanes des rangées intérieures.

Une autre conséquence du passage du tram par Béranger est la démolition/reconstruction de la Place Jean-Jaurès. Il n’est pas certain que cela soit du goût de la population tourangelle.

Les actions « Traminator »

Pour alerter la population CATDP a organisé plusieurs manifestations dites « Traminator ». La première a eu lieu en mars 2019 et la dernière, mais pas l’ultime, date du 27 février 2021.

Nous avons tout d’abord rencontré un à un les vendeurs du marché aux fleurs. Celui-ci, déjà bien affaibli, est maintenant menacé de disparition.

Nous avons distribué des tracts, diffusé un résumé du rapport Herquin sur l’avenir des platanes, accroché des panneaux aux arbres, interpelé les clients du marché aux fleurs, rencontré les brocanteurs, dialogué avec la population tourangelle sur d’autres marchés, collé des affiches et fait retentir le bruit des tronçonneuses boulevard Béranger.

Une nouvelle opération se prépare pour permettre aux Tourangelles et aux Tourangeaux de choisir entre le projet métropolitain et le nôtre. En quelque sorte un mini-référendum que la Municipalité n’a pas le courage d’organiser. Et nous n’en resterons pas là !

Posts les plus consultés de ce blog

Nommer un espace public « Missak et Mélinée Manouchian ». Lettre ouverte adressée au Maire de Tours Emmanuel DENIS

Lettre ouverte à l’initiative de l’Union des Arméniens du Centre et de la section du Parti Communiste Français de Tours en vue de nommer ou renommer un espace public à Tours « Missak et Mélinée Manouchian ». Elle est signée par 55 personnalités issues d'un large panel milieu politique, associatif et syndical tourangeau mais aussi des personnalités de la communauté scientifique et culturelle tourangelle et 19 organisations politiques, associatives et syndicales. C’est Au Tour(s) Du Peuple est cosignataire de cette lettre. Une invitation est aussi lancée pour une cérémonie commémorative dédiée aux membres du « Groupe Manouchian » lors de la journée nationale de la Résistance, le 27 mai, à 11h30 au pied du kiosque Joseph Epstein situé au parc des prébendes à Tours. Cette initiative est impulsée par les signataires de la lettre ouverte au Maire de Tours.

 

Lettre ouverte à l’initiative de l’Union des Arméniens du Centre et de la section du Parti Communiste Français de Tours en vue de nommer ou renommer un espace public à Tours « Missak et Mélinée Manouchian ».

Elle est signée par 55 personnalités issues d'un large panel milieu politique, associatif et syndical tourangeau mais aussi des personnalités de la communauté scientifique et culturelle tourangelle et 19 organisations politiques, associatives et syndicales.

C’est Au Tour(s) Du Peuple est cosignataire de cette lettre.

Une invitation est aussi lancée pour une cérémonie commémorative dédiée aux membres du « Groupe Manouchian » lors de la journée nationale de la Résistance, le 27 mai, à 11h30 au pied du kiosque Joseph Epstein situé au parc des prébendes à Tours.

Cette initiative est impulsée par les signataires de la lettre ouverte au Maire de Tours.

C’est Au Tour(s) Du Peuple
Tours, mai 2024

La liberté d’expression et le débat démocratique contre un régime autoritaire !

 

Les (très) dangereuses dérives répressives et idéologiques mises en œuvre par le pouvoir et ses relais médiatiques ouvrent la voie à un régime autoritaire.

Depuis les manifestations contre la loi travail, le mouvement des gilets jaunes, les luttes contre la remise en cause de la retraite, les combats écologiques, la révolte des banlieues … la police et la justice sont misest au service d’une répression qui va crescendo.

Aujourd’hui, la solidarité à l’égard du peuple palestinien, les manifestations contre les crimes commis à l’encontre des civils, pour la paix,… sont criminalisées.

Intimidations, campagnes de presse, poursuites devant les tribunaux en dévoyant les lois de protection contre le racisme et l’antisémitisme, deviennent dangereusement courantes.

Ainsi des manifestations et conférences ont été interdites sans motifs réels ; des jeunes sont poursuivis, dénoncés, vilipendés comme les étudiant.es qui réclament un cessez le feu dans les universités ; des élu.es ou candidat.es sont convoquées par la police comme Mathilde Panot ou Rima Hassan ; des syndicalistes, sont convoqués ou condamnés comme le secrétaire général de l’union départementale CGT du Nord,… ils subissent des anathèmes pour les qualifier d’antisémites parce qu’ils apportent leur soutien aux palestiniens, dénoncent le colonialisme et la brutalité du régime de droite extrême en Israël et demandent à notre gouvernement de prendre des sanctions pour faire cesser les crimes de guerre et la tuerie en cours. La Cour Pénale Internationale a dans son arrêté du 26 janvier, ordonné des mesures pour éviter un génocide !*

Les journalistes ou humoristes sont aussi mis au pas et sommés de se taire. Même Dominique de Villepin, loin d’être assimilable à un « gauchiste » a lui-même été insulté.

La journée de terreur mortelle contre des civils israélien.es devrait donc justifier les milliers de morts à Gaza, les meurtres en Cisjordanie, les bombardements du sud Liban. Ces actes criminels du 7 octobre commis par le Hamas, permettent aux États Unis, à la France, à l’Europe de poursuivre, sans états d’âmes, leurs accords de coopération militaires, technologiques et leur soutien politique au gouvernement, d’extrême droite, israélien.

En France nos gouvernants ont rompu avec la position historique française pour la recherche d’une solution pacifique à deux états. Cette répression et ce déferlement médiatique visent à faire oublier les responsabilités politiques de la « macronie » et de ses alliés. Elle donne une virginité au parti historiquement et plus que jamais raciste et antisémite qu’est le RN.

Nous sommes solidaires des voix qui s’élèvent pour la liberté d’expression, le débat public, la solidarité avec le peuple palestinien de Gaza et de Cisjordanie. Nous demandons la levée de toutes les poursuites, l’arrêt de la chasse aux sorcières, de la répression des mouvements sociaux et de la complaisance avec l’extrême droite.

Nous condamnons sans détour le Hamas, comme nous condamnons en France tous les propos ou actes antisémites et racistes.

Nous demandons au gouvernement et à son président, aux candidat.es aux élections européennes, de condamner les dirigeants israéliens sans ambiguïtés, de s’engager dans des sanctions, de suspendre tous les accords de coopérations et les livraisons d’armes. C’est la seule voix possible de la France.

Nous exigeons la garantie absolue  des libertés publiques, le droit de manifester, de s’exprimer, la liberté de la presse et les conditions du débat démocratique.

C’est Au Tour(s) Du Peuple
Tours, février 2024

*La Cour Pénale internationale, saisie par l’Afrique du Sud qui estime qu’Israël viole la Convention des Nations unies, de 1948, définissant le génocide, a ordonné le 26 janvier 2024, six mesures conservatoires. Israël doit :

  • s’abstenir de commettre des actes entrant dans le champ d’application de la Convention sur le génocide ;
  • prévenir l’incitation directe et publique à commettre le génocide ;
  • punir l’incitation directe et publique à commettre le génocide ;
  • prendre des mesures immédiates et efficaces pour permettre la fourniture de l’aide humanitaire à la population civile de Gaza ;

La place du Grand Marché rebaptisée !

Proclamation du 21 janvier 2017

Bonjour à toutes et tous ! Et merci d’abord, Tourangelles et Tourangeaux, habitants du 37 ou d’autres départements, étrangers résidant ici ou ailleurs, d’avoir répondu présents.

Si nous nous sommes rassemblés ici, sur cette place du Grand Marché, pour dans quelques minutes la rebaptiser, c’est pour toutes sortes de raisons que je vais maintenant, au nom de C’est au Tour(s) du Peuple, vous résumer :

C’est que nous en avons assez de ces enseignes des multinationales qui prolifèrent partout, aux quatre coins de la Ville, aux Atlantes de Saint-Pierre, avenue du Grand Sud à Chambray, et maintenant ici, au cœur même du Vieux Tours, avec l’installation de ce nouveau Mac Do. Ce nouveau M, tout propret, aseptisé, artificiel, qui fait suite à l’autre M, celui, là-bas, du Monstre pseudo-artistique et culturel, non vraiment, ce nouveau M, nous ne l’ai…M…ons pas ! Ici comme partout sur la planète.