Département pour tous, département social et solidaire !

Depuis 2017 la fortune des milliardaires français a doublé, alors que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (- de 50% du revenu médian) augmente pour atteindre 12 millions.

Le néolibéralisme engendre une quadruple crise, démocratique, sociale, écologique et sanitaire. Nous devons agir collectivement pour sortir du capitalisme. Ensemble, nous pouvons mettre un coup d'arrêt aux grands gestionnaires affairistes et à leurs serviteurs, Macron-Castex, qui refusent de voir ce monde frappé par des inégalités sociales sans cesse plus grandes, un environnement dégradé, un monde où même la santé est soumise à la loi du profit maximum. 

A l'échelle locale, les élus du conseil départemental et ceux de la métropole de Tours, cogérée par la gauche plurielle de Denis et Schwartz avec la droite plurielle de Briand, ne prennent pas la mesure des besoins (rien pour les jeunes précaires de 18 à 25 ans, toujours trop de personnes à la rue, destruction de logements sociaux, manque de lieux et de moyens pour la santé ...). 

Face au désespoir social qui gagne, ne nous trompons pas de colère, refusons les appels au rejet de l'autre, au repli sur soi de l'extrême droite Lepéniste RN qui ne propose qu'un objectif de guerre civile. 

Au contraire, faisons confiance à l'intelligence, à l'imagination, à l'engagement de toutes et tous pour bâtir un monde où chacune et chacun aura sa place, dans une égale dignité. 

Pour un département social et solidaire, nous voulons concrètement :

- Expérimenter un revenu d’autonomie de 700€ par mois pour tous les jeunes précaires de 18 à 25 ans du département.

Créer un service public "Zéro personne à la rue" avec toutes les autres collectivités locales et la CAF, associée à une action résolue pour utiliser les logements inoccupés dans le département (un peu plus de 25 000 en Indre-et-Loire).

Accroître les moyens nécessaires au maintien des personnes âgées à domicile dans tous les cas où cela est possible et souhaité.

- Augmenter les subventions aux associations d'aide à domicile afin que leurs personnels reçoivent une juste rémunération.

- Améliorer les conditions pour les résidents et les salariés des maisons de retraites (Ehpad) du Conseil Départemental. 

Mettre en place avec les autres collectivités locales, une sécurité sociale alimentaire et énergétique pour les plus démunis.

Combattre résolument toutes les discriminations sexuelles, religieuses ou "ethniques", en partenariat avec les associations.

Soutenir les associations d’aide aux migrantes et migrants, notamment pour la création d’hébergements d’urgence et l’attribution de logements durables et adaptés aux besoins des personnes.

Rénover tous les collèges, avec une carte d’implantation revue et le maintien d’établissements à taille humaine. Tarif des repas dans les collèges sur la base du quotient familial, avec gratuité complète pour les familles les plus démunies.

Ouvrir une « Maison des femmes » dans chaque canton, pour un accueil sans conditions, une information diversifiée et adaptée sur les droits, un soutien en cas de violence, un accompagnement dans les démarches.

Participer à la création d’une Maison publique de santé dans chaque canton, avec remise en place des vaccinations gratuites.

- Soutenir le maintien des hôpitaux Clocheville et Bretonneau et s'opposer à leur transfert dans le futur hôpital-usine de Trousseau.

Mettre en place un plan départemental d’accessibilité pour les personnes handicapées aux bâtiments, aux transports et aux espaces publics.

- Planifier des campagnes d’information adaptées, en direction des personnes handicapées, personnes âgées, jeunes et plus démunis pour qu’ils accèdent à tous leurs droits et aux aides départementales. 

- Développer l’accueil des jeunes en situation de handicap et la qualification des personnels qui en ont la charge. Soutenir les Instituts Médico Educatifs et créer de nouvelles structures pour faire face aux besoins non pris en charge.

Renforcer le service de l’Aide Sociale à l’Enfance. La protection de l’enfance a besoin de moyens supplémentaires afin que toutes les mesures éducatives soient mises en œuvre (trop d’enfants restent en danger). Assurer un suivi des jeunes majeurs, souvent abandonnés à eux-mêmes. 
Objectif : zéro enfant en attente de mesure. 

- Arrêter le financement des projets de l’ANRU qui détruisent des logements sociaux, notamment ceux du Sanitas et de Maryse Bastié. Au contraire, réorienter cet argent pour la rénovation des logements, notamment énergétique, avec davantage de végétalisation et de lieux de vie collectiv

Soutenir le projet « Territoire zéro chômeur de longue durée » et l'étendre sur l'ensemble du territoire départemental, créer une entreprise à but d’emploi pour des contrats de travail en CDI avec des salaires et droits garantis.

Si vous souhaitez des élus départementaux pour mener à vos côtés des actions qui répondent à l'urgence sociale et solidaire, votez pour les candidats de C'est au Tour(s) du Peuple 2021, présent.e.s dans les cantons 2 - Tours est et 4 - Tours Ouest- Citoyen-nes, militant-es, syndicalistes, associatifs, et écologistes engagés-es pour la Touraine

Rassemblement de gauche, démocratique, social, écologique, et féministe !

Pour voir le programme complet cliquez ici

Posts les plus consultés de ce blog

Tramway : la Métropole hésite et réfléchit, C’est Au Tour(s) Du Peuple propose.

C’est Au Tour(s) Du Peuple conteste le projet des lignes 2 & 3 depuis son annonce en argumentant de plusieurs points de vue : écologique (pas d’abattages d’arbres), économique (développement des transports publics) et social (gratuité totale des transports publics).

Les actions menées ces derniers mois ont démontré que de nombreuses personnes rejoignaient nos arguments et propositions.

Comment faire de la politique sans éthique avec Munsh-Masset, Schwartz, Briand et les autres ...?

Les affaires judiciaires qui touchent Tours et la Métropole s’enchaînent depuis quelques mois, démontrant une fois de plus que la démocratie ne fonctionne pas bien du tout dans notre pays.

C’est au Tour(s) du Peuple dénonce depuis sa création le cumul des mandats et a alerté à diverses reprises sur les conflits d’intérêts de plusieurs élus municipaux après l’élection de 2020. Sans obtenir la moindre réponse. Et l’on voit nombre de commentateurs faire aujourd’hui semblant de découvrir, à travers « l’affaire Münsch-Masset » (350 000 euros de dons faits à une association d’aide aux handicapés détournés pour accroître son train de vie…), que le cumul des mandats d’élu et des fonctions de direction d’organismes ou d’entreprises est à bannir si l’on veut que la démocratie s’épanouisse. Le directeur de l’APAJH 37, Guillaume Masset, avait succédé à son épouse, Cathy Münsch-Masset, sans que cela émeuve grand monde quand elle était devenue conseillère régionale et vice-présidente de la région Centre puis première adjointe de la ville de Tours en 2020, chargée de la solidarité et du handicap tout en continuant de diriger Humanisme et Habitat, étroitement liée à l’APAJH. Les deux époux siégeaient ensemble à la direction du CCAS de la ville de Tours.

Mêmes commentaires étonnés, il y a quelques mois, à propos du maire de La Riche, Wilfried Schwartz. On « découvrait » qu’il se comportait de façon inadmissible avec le personnel municipal. Les syndicats d’agents municipaux avaient pourtant donné l’alerte depuis plusieurs années. En vain : la parole d’un maire vaut toujours plus que celle d’un syndicaliste. Et cela n’avait pas empêché les élus métropolitains de le porter à la présidence de la Métropole en 2020, jusqu’à ce qu’il gifle son directeur de cabinet et soit contraint de démissionner… pour revenir comme vice-président de la Métropole, chargé des transports, lui qui a déjà fait exproprier 150 habitants de sa commune sur le trajet de la 2e ligne de tram toujours pas définitivement et légalement décidée.

Ajoutons à ces lamentables affaires « l’affaire Bygmalion » (financement illégal de la campagne électorale de N. Sarkozy en 2012) qui a vu en 2021 la condamnation de Ph. Briand, maire de St-Cyr, ancien président de la Métropole et ancien député mais aussi P-DG de Cytia, première entreprise française de gestion immobilière, et à ce titre 282e fortune du pays.

Il est temps de mettre en accord les promesses de campagne et les actes qui suivent, une fois qu’on est élu. C’est ce que C'est au Tour(s) du Peuple exigeait à sa façon tout au long des négociations qui ont précédé les dernières municipales avec la liste menée par Emmanuel Denis. Sans que nos demandes, tout à fait normales en démocratie, soient prises en compte.

Rappelons que les élus de la Ville de Tours et du Conseil métropolitain ont été élus en 2020 avec une participation très faible de 33% des électeurs et donc leur légitimité est très réduite.

Le manque d'éthique en politique de ces mêmes élus les discrédite davantage. Afin de redonner le pouvoir aux citoyens et de faire vivre la démocratie locale, nous demandons la démission de tous les élus municipaux et métropolitains pour procéder à de nouvelles élections.

L'association C'est Au Tour(s) Du Peuple
Novembre 2021