À la Saint-Serge, venez faire la fête à Babary… pour son départ !

INVITATION OFFICIELLE
Samedi 7 octobre à 14h30 devant l’Hôtel de Ville de Tours

En 2014 Babary avait promis aux Tourangeaux d’être « 100 % Maire ». En 2017, trahissant cette promesse, il choisit d’aller s’embourgeoiser davantage sous les dorures du Sénat jusqu’en 2023.

Finalement, quel est le bilan de ce maire à 50 % ?

  • Augmentation de 15 % des indemnités des élus de Tours.
  • Augmentation des impôts locaux en contradiction avec les promesses de campagne.
  • Connivence avec les multinationales du BTP, de l’hôtellerie, de la malbouffe, comme le montrent la future démolition du Sanitas, l’aménagement du Haut de la rue Nationale, le MacDo place du Grand Marché, le projet de l’îlot Vinci, la poursuite des constructions de Monconseil et des 2 Lions sans volonté de vie sociale de quartier, etc.
  • Elargissement de l’arrêté anti-mendicité et évacuation des migrants du Sanitas.
  • Attitude très distante vis-à-vis des résidents expulsés du Foyer Albert Thomas et indifférence à la faillite du café associatif La Barque.
  • Aucune politique volontariste pour donner un toit aux personnes sans abri.
  • Baisse des subventions et hausse des tarifs de location des salles pour les associations tourangelles.
  • Caricature de démocratie participative, avec moins de projets citoyens et une baisse des budgets des Conseils de la Vie Locale. Et surtout mise en place de la rénovation du quartier Sanitas sans que les habitants puissent réellement participer, comme le prévoit la loi, à un projet qui les concerne directement.
  • Réalisation du projet du « forum Méliès » à Tours-Nord avec la création par le groupe Davoine d’un cinéma multiplex mettant en danger les cinémas existants du centre-ville.
  • Suppression du festival culturel gratuit « Rayons Frais », mais en revanche promotion de la célébration cultuelle onéreuse des 1700 ans de Saint-Martin de Tours.
  • Dépense inutile pour le changement de 240 horodateurs sur la période 2016-2017 pour un coût total de 930.000 €.
  • Désengagement dans l’entretien des locaux sportifs de la ville et tentation de les céder à des privés.
  • Position ambiguë sur le maintien en régie municipale de la cuisine centrale.

À cela, il faut ajouter que Serge Babary, en tant que premier vice-président de Tour(s)plus, devenu Tours Métropole Val de Loire, a participé à la mise en œuvre de décisions pas moins contestables. Il partage cette responsabilité avec les 22 membres du bureau métropolitain, dit « bureau des maires », qui, dans une absence totale de démocratie et de transparence, décident de tout pour tous.

  • Augmentation du prix des titres de transports en commun.
  • Financement pour 700.000€ d’un terrain de hockey sur gazon peu utilisé.
  • Achèvement du deuxième virage surélevé du circuit Nascar pour 480.000 € et 2 courses par an.
  • Maintien des aides à hauteur d’un million d’euros par an à l’aéroport de Tours Val de Loire, dont les deux tiers vont à la compagnie voyou Ryanair.
  • Poursuite des transferts de compétences des communes vers la Métropole avec pour conséquence un éloignement des citoyens de la prise de décision publique.

Cette liste est volontairement incomplète.

Venez l’enrichir, en débattre, prendre vous-même la parole à cette nouvelle agora citoyenne de C’est au Tour(s) du Peuple !

C’est au Tour(s) du Peuple (CATDP)
7 octobre 2017

Posts les plus consultés de ce blog

Tramway : la Métropole hésite et réfléchit, C’est Au Tour(s) Du Peuple propose.

C’est Au Tour(s) Du Peuple conteste le projet des lignes 2 & 3 depuis son annonce en argumentant de plusieurs points de vue : écologique (pas d’abattages d’arbres), économique (développement des transports publics) et social (gratuité totale des transports publics).

Les actions menées ces derniers mois ont démontré que de nombreuses personnes rejoignaient nos arguments et propositions.

5G : des déclarations médiatiques au débat démocratique

Communiqué CATDP du 25 octobre 2021

Les antennes 5G se déploient sur le territoire avec l’accord d’Emmanuel Macron et, de fait, l’accord tacite de la majorité des parlementaires et de nombreux élus locaux.

La « Convention citoyenne sur le climat » et ces 150 participants ont, parmi leurs propositions, demandé un moratoire sur la 5G et un débat public pour des technologies plus sobres, respectueuses de l’environnement et de la santé. L’impérial président a rejeté cette proposition – et bien d’autres – puis il a attribué des licences aux opérateurs, ouvrant la voie au déploiement. Cela avant toute étude d’impact et sans le moindre débat.

Communiqué C'est au Tour(s) du Peuple suite à un article de la NR concernant le tramway

Pau se dote de trambus à Hydrogène

La Nouvelle République datée du 14 octobre, sous la signature de Raphaël Chambriard, publie un grand article sous le titre "Pas d'avocat pour le tram sur roues".

Pour démontrer ce propos, il indique que ce type de matériel est un fiasco à Caen, Nancy et Clermont-Ferrand, ce qui est tout à fait vrai. Mais de quel tram parle ce journaliste peu curieux (pour ne pas dire plus !) ?

Il s’agit d’un type ancien de tramway développé avec une technologie de Bombardier et un guidage constitué par un rail central. Cette technologie n'est pas fiable et n'a donc pas su se diffuser. Le Translohr de Clermont-Ferrand (mis en service en 2006) n'a rien à voir par exemple avec le Fébus de Pau inauguré en 2020.