À propos de la récente expulsion des familles bulgares aux Îles Noires (La Riche)

Communiqué CATDP du 20 mai 2019

Une centaine de personnes, originaires de Bulgarie, vivaient depuis plusieurs années aux Îles noires, sur la commune de La Riche, dans la plus grande précarité (caravanes ou baraques délabrées). Pour réaliser le projet de base de loisirs de la Métropole, une « mission de diagnostic et d’accompagnement » a été mise en place il y a quelques mois par la préfecture, en accord avec la Métropole et, du 15 au 17 mai 2019, les dernières familles restant sur place ont été expulsées définitivement, avec intervention de la police et usage de pelleteuses pour détruire tous les lieux d’habitat.

CATDP regrette que depuis le début de la « mission », jamais les autorités n’ont voulu travailler avec les associations d’aide aux migrants qui intervenaient aux Îles noires, connaissaient la situation et avaient noué des relations avec les familles. Plus précisément, la commune de La Riche, en accord avec la Métropole, a tout fait pour retarder, voire empêcher la domiciliation officielle des familles dans la commune. Or, cette domiciliation, obligatoire selon la loi, est indispensable pour pouvoir ouvrir ensuite un compte en banque, chercher un travail déclaré et transférer les dossiers médicaux dans le cadre de l’Union européenne. Cette domiciliation est aussi nécessaire pour la scolarisation des enfants. Si la scolarisation a finalement été possible, grâce à l’insistance des associations, pour les enfants en âge d’aller au collège, elle s’est faite très tardivement et très partiellement pour ceux en âge d’aller à l’école primaire. Encore faut-il dire que ceux qui ont pu être scolarisés l’ont été dans des conditions non conformes au Code de l’Éducation. Et depuis l’évacuation, bien sûr, nombre d’enfants sont à nouveau déscolarisés pendant que la plupart des familles se retrouvent à vivre dans des conditions tout aussi précaires qu’avant, voire davantage encore.

CATDP dénonce le refus de la municipalité de La Riche, de la Métropole et de la préfecture de travailler en bonne intelligence avec les associations d’aide aux migrants, la totale absence de transparence dans les décisions prises et, de façon générale, le manque d’humanité qui prévaut lorsqu’il s’agit de s’occuper des étrangers, membres de l’UE en l’occurrence. Doit-on rappeler qu’ils sont, comme tout un chacun d’entre nous, des êtres humains avant tout qui ont droit au respect et à une vie digne ?

C’est au Tour(s) du Peuple (CATDP)
20 mai 2019

Posts les plus consultés de ce blog

Tramway : la Métropole hésite et réfléchit, C’est Au Tour(s) Du Peuple propose.

C’est Au Tour(s) Du Peuple conteste le projet des lignes 2 & 3 depuis son annonce en argumentant de plusieurs points de vue : écologique (pas d’abattages d’arbres), économique (développement des transports publics) et social (gratuité totale des transports publics).

Les actions menées ces derniers mois ont démontré que de nombreuses personnes rejoignaient nos arguments et propositions.

5G : des déclarations médiatiques au débat démocratique

Communiqué CATDP du 25 octobre 2021

Les antennes 5G se déploient sur le territoire avec l’accord d’Emmanuel Macron et, de fait, l’accord tacite de la majorité des parlementaires et de nombreux élus locaux.

La « Convention citoyenne sur le climat » et ces 150 participants ont, parmi leurs propositions, demandé un moratoire sur la 5G et un débat public pour des technologies plus sobres, respectueuses de l’environnement et de la santé. L’impérial président a rejeté cette proposition – et bien d’autres – puis il a attribué des licences aux opérateurs, ouvrant la voie au déploiement. Cela avant toute étude d’impact et sans le moindre débat.

Communiqué C'est au Tour(s) du Peuple suite à un article de la NR concernant le tramway

Pau se dote de trambus à Hydrogène

La Nouvelle République datée du 14 octobre, sous la signature de Raphaël Chambriard, publie un grand article sous le titre "Pas d'avocat pour le tram sur roues".

Pour démontrer ce propos, il indique que ce type de matériel est un fiasco à Caen, Nancy et Clermont-Ferrand, ce qui est tout à fait vrai. Mais de quel tram parle ce journaliste peu curieux (pour ne pas dire plus !) ?

Il s’agit d’un type ancien de tramway développé avec une technologie de Bombardier et un guidage constitué par un rail central. Cette technologie n'est pas fiable et n'a donc pas su se diffuser. Le Translohr de Clermont-Ferrand (mis en service en 2006) n'a rien à voir par exemple avec le Fébus de Pau inauguré en 2020.