Pour s’opposer au « tout-privé, tout-payant », il n’y a qu’un vote : C’est au Tour(s) du Peuple 2020

Communiqué CATDP2020 du 6 février 2020

À Tours et alentours, de plus en plus de voix s’élèvent pour dire leur ras-le-bol des privatisations et exiger le lancement, dès la prochaine mandature 2020-2026, d’un vaste chantier municipal et métropolitain : celui de la reconquête des biens publics, des biens communs.

À l’exception de C’est au Tour(s) du Peuple 2020, aucune liste n’est en mesure d’engager ce chantier moderne et populaire.

Les listes conduites par Christophe Bouchet, Benoist Pierre, Xavier Dateu ? Il est inutile d’attendre de ces candidats de droite, empêtrés dans leur dogmatisme néolibéral, quoi que ce soit d’autre qu’une aggravation des privatisations. Le premier les a étendues dans les trois années de son bref mandat (contrôle du stationnement, périscolaire, etc.). Le deuxième, grand adepte des partenariats public-privé pour « valoriser » le patrimoine et le numérique, est le représentant de Macron et de La République en Marché, qui vendent à tout va nos services publics au grands groupes privés. Quant au troisième, il s’est surtout porté candidat pour prendre une revanche personnelle, privée donc, sur le premier !

La liste conduite par Emmanuel Denis ? Si l’on y claironne son attachement aux services publics, il y a tout lieu de se méfier ! D’une part, leur programme n’affiche aucune réelle ambition dans la reconquête des biens publics. Tout au plus une ou deux mesures, mais rien de plus ! D’autre part, les élus EELV et PS, pourtant réputés « d’opposition », ont dans la dernière mandature voté au Conseil métropolitain quantité de décisions contraires à leurs beaux discours : la gestion des centres aquatiques de Luynes et Fondettes offerte au groupe Récréa, la prolongation de la délégation sur les transports publics à Keolis, le projet de 2ème ligne de tramway, etc. Et l’on ne les a même pas vus sourciller quand a été soumis au Conseil le dernier rapport annuel sur les parkings de Tours et Joué-lès-Tours confiés à Indigo (Vinci) !

Ainsi, seule la liste C’est au Tour(s) du Peuple 2020 s’engage clairement à :

- dresser dès les lendemains de l’élection l’inventaire complet des privatisations des services publics déjà faites, en cours de négociation ou en projet, et en rendre accessible à tous les résultats,

- passer en gestion publique et citoyenne l’ensemble des services à la population selon les règles suivantes: réembauche de tous les salariés des sociétés privées, participation directe des syndicats, des associations d’usagers et des habitants à la gestion, gratuité du service ou tarifs en diminution, réinvestissement total des bénéfices dans la création d’emplois, l’amélioration de la situation du personnel et de la qualité du service rendu.

Non à la déferlante du « tout-privé, tout-payant » et aux oppositions molles et floues ! Oui au programme réellement transformateur, postcapitaliste, de C’est au Tour(s) du Peuple 2020 !

C’est au Tour(s) du Peuple 2020
6 février 2020

Posts les plus consultés de ce blog

Démocratie – Chronique N°1

Par Yvette Aufrère

Qu’un simple citoyen ne respecte pas la loi, cela n’attaque pas les fondements de cette loi. Qu’un représentant de la loi ne respecte pas la loi, la fait disparaître puisqu’il n’y a plus personne pour en être garant.

Emmanuel Macron n’attaque-t-il pas les principes républicains quand il fait venir le grand rabbin de France pour allumer la bougie d’Hanoukka, le 8 décembre 2023 (laïcité) ou quand il déclare, le 29 juin 2017, que certains citoyens « ne sont rien » (égalité en droit) ?

N’attaque-t-il pas le fonctionnement des institutions républicaines en faisant appel à des organismes privés remplissant la même fonction et se substituant à la fonction publique d’État, avec des contrats facturés très cher à l’État (McKinsey, Adrexo, par exemple) avec l’efficacité qu’on leur connaît ?!

N’est-il pas dans la provocation quand il crée le CNR, Conseil National de la Refondation, ayant le même sigle que le Conseil National de la Résistance, ou quand il soutient Depardieu après que celui-ci s’est répandu en propos scabreux et orduriers ?

Ne ridiculise-t-il pas la parole présidentielle quand il donne un entretien à la revue Pif Gadget ?

N’attaque-t-il pas l’institution qu’est la parole politique du chef de l’État en disant tout et son contraire sans souci de cohérence* ou en ne tenant pas des promesses, notamment à l’occasion de la Convention citoyenne pour le Climat** ?

Je souhaite, dans ces chroniques, aborder la question de la démocratie et de l’État de droit par le biais des discours qui nous sont adressés, en particulier par nos dirigeants, notamment par Emmanuel Macron. 

* Il souffle le chaud et le froid en faisant l’éloge de Gérard Depardieu, le 20 décembre 2023 dans l’émission « C à vous », pour ensuite, se défendre, le 8 mai 2024, dans le magasine « Elle », de toute complaisance vis-à-vis de l’acteur.

** « Ce qui sortira de cette Convention, je m’y engage, sera soumis sans filtre soit au vote du Parlement, soit à référendum, soit à application réglementaire directe », annonçait Emmanuel Macron en avril 2019. Alors qu’il dit en décembre 2020 « Je vais pas dire, parce que ces 150 citoyens ont écrit un truc : c’est la Bible ! ».

Décérébrer les gens avec leur consentement : Les astuces du capitalisme

par Yvette Aufrère, Tours Août 2023

e suis demandeuse d’emploi. Je dois donc justifier de ma recherche d’emploi. Mes droits sont ici assortis de devoirs. Rien de choquant jusque là. Mais ça ne s’arrête pas là. Je ne dois plus seulement rendre compte de mes actes mais aussi de ce que je pense et de comment je le pense.

Projet de loi : exterminons l’humanité, commençons par les enfants

Par Yvette Aufrère

En tant que citoyenne, je souhaite participer à la protection de la population française contre le COVID 19. Je propose de modestes idées pour aider l’État français dans sa pénible tâche de gestion sanitaire.

Je soumets ainsi l’ébauche d’un projet de loi. J’essaie de voir comment les parlementaires font d’habitude et je me lance.

Cette loi pourrait s’inscrire dans celle contre le séparatisme et être insérée dans un volet « bonnes pratiques en temps de COVID 19 ». C’est bien comme ça qu’ils procèdent ?

Elle a trait à la réouverture des écoles, et plus précisément à la gestion des repas à la cantine, lieu privilégié entre tous pour la propagation du coronavirus.