Pour s’opposer au « tout-privé, tout-payant », il n’y a qu’un vote : C’est au Tour(s) du Peuple 2020

Communiqué CATDP2020 du 6 février 2020

À Tours et alentours, de plus en plus de voix s’élèvent pour dire leur ras-le-bol des privatisations et exiger le lancement, dès la prochaine mandature 2020-2026, d’un vaste chantier municipal et métropolitain : celui de la reconquête des biens publics, des biens communs.

À l’exception de C’est au Tour(s) du Peuple 2020, aucune liste n’est en mesure d’engager ce chantier moderne et populaire.

Les listes conduites par Christophe Bouchet, Benoist Pierre, Xavier Dateu ? Il est inutile d’attendre de ces candidats de droite, empêtrés dans leur dogmatisme néolibéral, quoi que ce soit d’autre qu’une aggravation des privatisations. Le premier les a étendues dans les trois années de son bref mandat (contrôle du stationnement, périscolaire, etc.). Le deuxième, grand adepte des partenariats public-privé pour « valoriser » le patrimoine et le numérique, est le représentant de Macron et de La République en Marché, qui vendent à tout va nos services publics au grands groupes privés. Quant au troisième, il s’est surtout porté candidat pour prendre une revanche personnelle, privée donc, sur le premier !

La liste conduite par Emmanuel Denis ? Si l’on y claironne son attachement aux services publics, il y a tout lieu de se méfier ! D’une part, leur programme n’affiche aucune réelle ambition dans la reconquête des biens publics. Tout au plus une ou deux mesures, mais rien de plus ! D’autre part, les élus EELV et PS, pourtant réputés « d’opposition », ont dans la dernière mandature voté au Conseil métropolitain quantité de décisions contraires à leurs beaux discours : la gestion des centres aquatiques de Luynes et Fondettes offerte au groupe Récréa, la prolongation de la délégation sur les transports publics à Keolis, le projet de 2ème ligne de tramway, etc. Et l’on ne les a même pas vus sourciller quand a été soumis au Conseil le dernier rapport annuel sur les parkings de Tours et Joué-lès-Tours confiés à Indigo (Vinci) !

Ainsi, seule la liste C’est au Tour(s) du Peuple 2020 s’engage clairement à :

- dresser dès les lendemains de l’élection l’inventaire complet des privatisations des services publics déjà faites, en cours de négociation ou en projet, et en rendre accessible à tous les résultats,

- passer en gestion publique et citoyenne l’ensemble des services à la population selon les règles suivantes: réembauche de tous les salariés des sociétés privées, participation directe des syndicats, des associations d’usagers et des habitants à la gestion, gratuité du service ou tarifs en diminution, réinvestissement total des bénéfices dans la création d’emplois, l’amélioration de la situation du personnel et de la qualité du service rendu.

Non à la déferlante du « tout-privé, tout-payant » et aux oppositions molles et floues ! Oui au programme réellement transformateur, postcapitaliste, de C’est au Tour(s) du Peuple 2020 !

C’est au Tour(s) du Peuple 2020
6 février 2020

Posts les plus consultés de ce blog

Un premier bilan de la municipalité Emmanuel Denis

Si certaines décisions de la nouvelle municipalité vont dans le bon sens (demande d’un moratoire sur la 5 G ; suppression annoncée des subventions à Ryanair), le bilan des actions menées depuis le début du mandat est insuffisant. Voici donc nos propositions afin de mener une politique à la hauteur des besoins et des attentes des habitants et habitantes de Tours et de la Métropole.

Vie publique & Démocratie
Urbanisme
« Tranquillité Publique »
Environnement & Transports
Solidarité avec les plus démunis

Ce bilan, que nous allons bientôt distribuer largement aux habitantes et habitants de Tours et de la Métropole, est téléchargeable ici. Merci de le diffuser en version papier, par mail, sur les réseaux sociaux, etc.

Vous pouvez également voir ou écouter :

  • la vidéo de la proclamation publique de ce bilan, telle qu’elle s’est déroulée sur les marches de la mairie de Tours, le vendredi 4 décembre 2020,
  • l’enregistrement de l’entretien qu’a accordé Claude Bourdin à la radio RFL 101 le lendemain, sur ce bilan et la loi Sécurité Globale.