Quand les Verts/PS proposent un Grand Projet imprécis, incertain, imposé et intéressé (GP4I) !

Communiqué CATDP2020 du 19 février 2020

La presse locale a récemment rendu compte du projet de parc agro-photovoltaïque présenté par la liste « Pour Demain Tours » conduite par Emmanuel Denis (EELV).

Ce projet appelle de la part de C’est au Tour(s) du Peuple 2020 les questions et remarques suivantes :

  1. Quels sont les numéros cadastraux des parcelles visées par ce projet ? Comment l’armée cédera-t-elle à la Métropole les 100 ha destinés à l’installation des panneaux photovoltaïques ? Gratuitement, ou si tel n’est pas le cas, à quel prix ? Est-on certain que les 159 autres ha consacrées à la culture du lin ne conduiront pas à des expropriations ?
  2. Où seront achetés les panneaux ? Seront-ils fabriqués dans le cadre local, en circuits courts, ou viendront-ils une nouvelle fois du bout du monde, sachant que dans le top 10 des fabricants de panneaux photovoltaïques 9 sont chinois et 1 sud-coréen ?
  3. Comment cohabiteront ce parc photovoltaïque et ces champs de lin avec l’aéroport ? Vu leur proximité avec ce dernier, quel est le niveau actuel de pollution des sols concernés et la poursuite du trafic aérien ne risque-t-elle pas de l’aggraver ? S’il est prévu que les panneaux soient fixés sur des rotules afin de ne pas éblouir les avions, quel sera le dispositif de sécurité au cas où surviendrait une panne de rotules ?
  4. Cette cohabitation n’aboutira-t-elle pas à un paysage périurbain encore un peu plus chaotique et défiguré qu’il ne l’est déjà ? Aéroport, panneaux photovoltaïques, champs de lin, zone commerciale Auchan un peu plus loin, etc., est-ce de cela que rêvent les habitants de Tours, Tours-Nord et alentours ?
  5. Quel sera l’opérateur retenu pour le projet ? Sera-t-il public, privé, mixte, associatif, ce qui n’est évidemment pas sans répercussions sur le niveau de « profitabilité » demandé, sur les tarifs du Kw/h consentis et, par voie de conséquence, les catégories sociales des « clients »? N’y a-t-il pas, de surcroît, des risques de conflit d’intérêt, sachant que plusieurs candidats de « Pour Demain Tours », placés en positions éligibles sur la liste, sont professionnellement intéressés par ce type de projet ?
  6. Le budget du projet, estimé à 60 millions d’euros financés par des fonds publics et l’opérateur, sera-t-il tenu ? Ou assistera-t-on, ainsi que l’expérience le prouve en matière de grand projet, à des dépassements mis à la charge des contribuables ? En prévoyant un budget complémentaire, obtenu par un financement participatif donnant lieu en échange à des contreparties énergétiques et financières, ne risque-t-on pas, une nouvelle fois, de privilégier les contributeurs les plus aisés ? Et 60 millions d’euros, n’est-ce pas l’équivalent de près de 2,5 ans de gratuité totale des transports publics métropolitains ?
  7. Ce grand projet, enfin, ne mériterait-il pas d’être soumis par référendum aux habitantes et habitants de Tours et de la Métropole, en raison de ses enjeux financiers, sociaux, énergétiques, fonciers ou paysagers ? De société, en fait…

C’est au Tour(s) du Peuple 2020
19 février 2020

Posts les plus consultés de ce blog

Tramway : la Métropole hésite et réfléchit, C’est Au Tour(s) Du Peuple propose.

C’est Au Tour(s) Du Peuple conteste le projet des lignes 2 & 3 depuis son annonce en argumentant de plusieurs points de vue : écologique (pas d’abattages d’arbres), économique (développement des transports publics) et social (gratuité totale des transports publics).

Les actions menées ces derniers mois ont démontré que de nombreuses personnes rejoignaient nos arguments et propositions.

5G : des déclarations médiatiques au débat démocratique

Communiqué CATDP du 25 octobre 2021

Les antennes 5G se déploient sur le territoire avec l’accord d’Emmanuel Macron et, de fait, l’accord tacite de la majorité des parlementaires et de nombreux élus locaux.

La « Convention citoyenne sur le climat » et ces 150 participants ont, parmi leurs propositions, demandé un moratoire sur la 5G et un débat public pour des technologies plus sobres, respectueuses de l’environnement et de la santé. L’impérial président a rejeté cette proposition – et bien d’autres – puis il a attribué des licences aux opérateurs, ouvrant la voie au déploiement. Cela avant toute étude d’impact et sans le moindre débat.

Communiqué C'est au Tour(s) du Peuple suite à un article de la NR concernant le tramway

Pau se dote de trambus à Hydrogène

La Nouvelle République datée du 14 octobre, sous la signature de Raphaël Chambriard, publie un grand article sous le titre "Pas d'avocat pour le tram sur roues".

Pour démontrer ce propos, il indique que ce type de matériel est un fiasco à Caen, Nancy et Clermont-Ferrand, ce qui est tout à fait vrai. Mais de quel tram parle ce journaliste peu curieux (pour ne pas dire plus !) ?

Il s’agit d’un type ancien de tramway développé avec une technologie de Bombardier et un guidage constitué par un rail central. Cette technologie n'est pas fiable et n'a donc pas su se diffuser. Le Translohr de Clermont-Ferrand (mis en service en 2006) n'a rien à voir par exemple avec le Fébus de Pau inauguré en 2020.