À propos du premier tour des municipales et de ses suites

Communiqué CATDP2020 du 30 mai 2020

  1. Le 15 mars dernier a été marqué par un abstentionnisme record, le gouvernement ayant décidé de maintenir les élections tout en faisant entrer le pays dans « le confinement ». Résultat : 54, 5% d’abstentions en moyenne nationale mais 67,8% à Tours, soit l’un des quatre plus forts taux d’abstention parmi les 22 métropoles françaises. Le second tour risque lui aussi d’être entaché par un grave déficit démocratique. Organisé précipitamment et dans des conditions sanitaires non stabilisées, la campagne ne pourra en effet se dérouler normalement. À nouveau, les classes populaires et les personnes les plus âgées, moins équipées en outils informatiques, seront laissées de côté par une campagne au rabais.

  2. Dans ce contexte, C’est au Tour(s) du Peuple 2020 tient à rappeler que son programme municipal et métropolitain est plus que jamais d’une urgente actualité :

    • Reconquête des services publics bradés au privé et renforcement de tous les services publics existants.
    • Projet écologique global pour l’agglomération fondé sur la remise en cause de la course au profit et aux grands projets inutiles, marque de fabrique du capitalisme.
    • Démocratie généralisée dans la vie publique municipale et métropolitaine.
    • Lutte pour une véritable égalité entre les femmes et les hommes.

    Dans le désastre social où nous a plongés l’incurie de nos dirigeants, aveuglés par leur adhésion au capitalisme néolibéral mondialisé, tout le monde – même le président Macron ! – a pu constater que ce sont les services publics (à commencer par l’hôpital public), l’engagement des « premiers de corvée » (très majoritairement des femmes), les initiatives spontanées individuelles et collectives sur les lieux de travail et de vie, l’esprit de solidarité plutôt que l’esprit de compétition qui ont permis d’éviter un complet naufrage. Tout cela conforte C’est au Tour(s) du Peuple 2020 dans ses analyses et ses propositions.

  3. Dès le soir du 15 mars, C’est au Tour(s) du Peuple 2020 (5,54% des suffrages exprimés) a proposé à la liste Pour demain Tours, menée par Emmanuel Denis (Europe Écologie-Les Verts), une rencontre en vue d’une « fusion technique ». Autrement dit, former une seule liste sur une base proportionnelle aux résultats du premier tour (1 candidat C’est au Tour(s) du Peuple 2020 pour 7 candidats Pour demain Tours) mais sans gommer les grandes différences de programme entre les deux composantes que sept mois d’intenses négociations n’ont pas permis de surmonter. Objectif : permettre de battre la droite à Tours et dans la métropole tout en reflétant démocratiquement la diversité des composantes de la gauche, traduite après le scrutin par la formation de deux groupes distincts et la non-participation de C’est au Tour(s) du Peuple 2020 aux exécutifs.

Une rencontre entre des représentants des deux listes s’est tenue le matin du 16 mars pour discuter de notre proposition. Mais dès le soir, la liste d’Emmanuel Denis a refusé d’aller plus loin. Depuis deux mois et demi, et alors que l’union des listes de droite est en train de se faire, ce refus a été maintenu.

La liste C’est au Tour(s) du Peuple 2020 appelle à poursuivre tous les combats nécessaires pour sortir de la profonde crise sociale et politique qui frappe aujourd’hui si durement les plus pauvres, les plus précaires, les plus fragiles. Elle sera notamment aux côtés des personnels de santé qui réclament des moyens pour les hôpitaux publics, des hausses de salaires et une vraie politique de prévention de soins pour tous et toutes, hors des logiques financières qui ont mené notre système de santé au bord du gouffre. Rendez-vous le 16 juin dans la rue !

C’est au Tour(s) du Peuple 2020
30 mai 2020

Posts les plus consultés de ce blog

Démocratie – Chronique N°1

Par Yvette Aufrère

Qu’un simple citoyen ne respecte pas la loi, cela n’attaque pas les fondements de cette loi. Qu’un représentant de la loi ne respecte pas la loi, la fait disparaître puisqu’il n’y a plus personne pour en être garant.

Emmanuel Macron n’attaque-t-il pas les principes républicains quand il fait venir le grand rabbin de France pour allumer la bougie d’Hanoukka, le 8 décembre 2023 (laïcité) ou quand il déclare, le 29 juin 2017, que certains citoyens « ne sont rien » (égalité en droit) ?

N’attaque-t-il pas le fonctionnement des institutions républicaines en faisant appel à des organismes privés remplissant la même fonction et se substituant à la fonction publique d’État, avec des contrats facturés très cher à l’État (McKinsey, Adrexo, par exemple) avec l’efficacité qu’on leur connaît ?!

N’est-il pas dans la provocation quand il crée le CNR, Conseil National de la Refondation, ayant le même sigle que le Conseil National de la Résistance, ou quand il soutient Depardieu après que celui-ci s’est répandu en propos scabreux et orduriers ?

Ne ridiculise-t-il pas la parole présidentielle quand il donne un entretien à la revue Pif Gadget ?

N’attaque-t-il pas l’institution qu’est la parole politique du chef de l’État en disant tout et son contraire sans souci de cohérence* ou en ne tenant pas des promesses, notamment à l’occasion de la Convention citoyenne pour le Climat** ?

Je souhaite, dans ces chroniques, aborder la question de la démocratie et de l’État de droit par le biais des discours qui nous sont adressés, en particulier par nos dirigeants, notamment par Emmanuel Macron. 

* Il souffle le chaud et le froid en faisant l’éloge de Gérard Depardieu, le 20 décembre 2023 dans l’émission « C à vous », pour ensuite, se défendre, le 8 mai 2024, dans le magasine « Elle », de toute complaisance vis-à-vis de l’acteur.

** « Ce qui sortira de cette Convention, je m’y engage, sera soumis sans filtre soit au vote du Parlement, soit à référendum, soit à application réglementaire directe », annonçait Emmanuel Macron en avril 2019. Alors qu’il dit en décembre 2020 « Je vais pas dire, parce que ces 150 citoyens ont écrit un truc : c’est la Bible ! ».

Décérébrer les gens avec leur consentement : Les astuces du capitalisme

par Yvette Aufrère, Tours Août 2023

e suis demandeuse d’emploi. Je dois donc justifier de ma recherche d’emploi. Mes droits sont ici assortis de devoirs. Rien de choquant jusque là. Mais ça ne s’arrête pas là. Je ne dois plus seulement rendre compte de mes actes mais aussi de ce que je pense et de comment je le pense.

Projet de loi : exterminons l’humanité, commençons par les enfants

Par Yvette Aufrère

En tant que citoyenne, je souhaite participer à la protection de la population française contre le COVID 19. Je propose de modestes idées pour aider l’État français dans sa pénible tâche de gestion sanitaire.

Je soumets ainsi l’ébauche d’un projet de loi. J’essaie de voir comment les parlementaires font d’habitude et je me lance.

Cette loi pourrait s’inscrire dans celle contre le séparatisme et être insérée dans un volet « bonnes pratiques en temps de COVID 19 ». C’est bien comme ça qu’ils procèdent ?

Elle a trait à la réouverture des écoles, et plus précisément à la gestion des repas à la cantine, lieu privilégié entre tous pour la propagation du coronavirus.