Quand les Verts/PS proposent un Grand Projet imprécis, incertain, imposé et intéressé (GP4I) !

Communiqué CATDP2020 du 18 juin 2020

Il y a quelques mois, la presse locale a abondamment rendu compte du projet de parc agro-photovoltaïque présenté par la liste « Pour Demain Tours » conduite par Emmanuel Denis (EELV).

Ce projet appelle de la part de C’est au Tour(s) du Peuple les remarques et questions suivantes auxquelles la liste « Pour Demain Tours » n’a à ce jour toujours pas répondu :

  1. Quels sont les numéros cadastraux des parcelles visées par ce projet ? Comment l’armée cédera-t-elle à la Métropole les 100 ha destinés à l’installation des panneaux photovoltaïques ? Gratuitement, ou si tel n’est pas le cas, à quel prix ? Est-on certain que les 159 autres ha consacrées à la culture du lin ne conduiront pas à des expropriations ?
  2. Où seront achetés les panneaux ? Seront-ils fabriqués dans le cadre local, en circuits courts, ou viendront-ils une nouvelle fois du bout du monde, sachant que dans le top 10 des fabricants de panneaux photovoltaïques 9 sont chinois et 1 sud-coréen ?
  3. Comment cohabiteront ce parc photovoltaïque et ces champs de lin avec l’aéroport ? Vu leur proximité avec ce dernier, quel est le niveau actuel de pollution des sols concernés et la poursuite du trafic aérien ne risque-t-elle pas de l’aggraver ? S’il est prévu que les panneaux soient fixés sur des rotules afin de ne pas éblouir les avions, quel sera le dispositif de sécurité au cas où surviendrait une panne de rotules ?
  4. Cette cohabitation n’aboutira-t-elle pas à un paysage périurbain encore un peu plus chaotique et défiguré qu’il ne l’est déjà ? Aéroport, panneaux photovoltaïques, champs de lin, zone commerciale Auchan un peu plus loin, etc., est-ce de cela que rêvent les habitants de Tours, Tours-Nord et alentours ?
  5. Quel sera l’opérateur retenu pour le projet ? Sera-t-il public, privé, mixte, associatif, ce qui n’est évidemment pas sans répercussions sur le niveau de « profitabilité » demandé, sur les tarifs du Kw/h consentis et, par voie de conséquence, les catégories sociales des « clients »? N’y a-t-il pas, de surcroît, des risques de conflit d’intérêt, sachant que plusieurs candidats de « Pour Demain Tours », placés en positions éligibles sur la liste, sont professionnellement intéressés par ce type de projet ?
  6. Le budget du projet, estimé à 60 millions d’euros financés par des fonds publics et l’opérateur, sera-t-il tenu ? Ou assistera-t-on, ainsi que l’expérience le prouve en matière de grand projet, à des dépassements mis à la charge des contribuables ? En prévoyant un budget complémentaire, obtenu par un financement participatif donnant lieu en échange à des contreparties énergétiques et financières, ne risque-t-on pas, une nouvelle fois, de privilégier les contributeurs les plus aisés ? Et 60 millions d’euros, n’est-ce pas l’équivalent de près de 2,5 ans de gratuité totale des transports publics métropolitains ?
  7. Ce grand projet, enfin, ne mériterait-il pas d’être soumis par référendum aux habitantes et habitants de Tours et de la Métropole, en raison de ses enjeux financiers, sociaux, énergétiques, fonciers ou paysagers ? De société, en fait…
  8. Avant le second tour du 28 juin, les habitants, électeurs ou non, attendent avec impatience vos réponses.

C’est au Tour(s) du Peuple 2020
18 juin 2020

Posts les plus consultés de ce blog

Tramway : la Métropole hésite et réfléchit, C’est Au Tour(s) Du Peuple propose.

C’est Au Tour(s) Du Peuple conteste le projet des lignes 2 & 3 depuis son annonce en argumentant de plusieurs points de vue : écologique (pas d’abattages d’arbres), économique (développement des transports publics) et social (gratuité totale des transports publics).

Les actions menées ces derniers mois ont démontré que de nombreuses personnes rejoignaient nos arguments et propositions.

Comment faire de la politique sans éthique avec Munsh-Masset, Schwartz, Briand et les autres ...?

Les affaires judiciaires qui touchent Tours et la Métropole s’enchaînent depuis quelques mois, démontrant une fois de plus que la démocratie ne fonctionne pas bien du tout dans notre pays.

C’est au Tour(s) du Peuple dénonce depuis sa création le cumul des mandats et a alerté à diverses reprises sur les conflits d’intérêts de plusieurs élus municipaux après l’élection de 2020. Sans obtenir la moindre réponse. Et l’on voit nombre de commentateurs faire aujourd’hui semblant de découvrir, à travers « l’affaire Münsch-Masset » (350 000 euros de dons faits à une association d’aide aux handicapés détournés pour accroître son train de vie…), que le cumul des mandats d’élu et des fonctions de direction d’organismes ou d’entreprises est à bannir si l’on veut que la démocratie s’épanouisse. Le directeur de l’APAJH 37, Guillaume Masset, avait succédé à son épouse, Cathy Münsch-Masset, sans que cela émeuve grand monde quand elle était devenue conseillère régionale et vice-présidente de la région Centre puis première adjointe de la ville de Tours en 2020, chargée de la solidarité et du handicap tout en continuant de diriger Humanisme et Habitat, étroitement liée à l’APAJH. Les deux époux siégeaient ensemble à la direction du CCAS de la ville de Tours.

Mêmes commentaires étonnés, il y a quelques mois, à propos du maire de La Riche, Wilfried Schwartz. On « découvrait » qu’il se comportait de façon inadmissible avec le personnel municipal. Les syndicats d’agents municipaux avaient pourtant donné l’alerte depuis plusieurs années. En vain : la parole d’un maire vaut toujours plus que celle d’un syndicaliste. Et cela n’avait pas empêché les élus métropolitains de le porter à la présidence de la Métropole en 2020, jusqu’à ce qu’il gifle son directeur de cabinet et soit contraint de démissionner… pour revenir comme vice-président de la Métropole, chargé des transports, lui qui a déjà fait exproprier 150 habitants de sa commune sur le trajet de la 2e ligne de tram toujours pas définitivement et légalement décidée.

Ajoutons à ces lamentables affaires « l’affaire Bygmalion » (financement illégal de la campagne électorale de N. Sarkozy en 2012) qui a vu en 2021 la condamnation de Ph. Briand, maire de St-Cyr, ancien président de la Métropole et ancien député mais aussi P-DG de Cytia, première entreprise française de gestion immobilière, et à ce titre 282e fortune du pays.

Il est temps de mettre en accord les promesses de campagne et les actes qui suivent, une fois qu’on est élu. C’est ce que C'est au Tour(s) du Peuple exigeait à sa façon tout au long des négociations qui ont précédé les dernières municipales avec la liste menée par Emmanuel Denis. Sans que nos demandes, tout à fait normales en démocratie, soient prises en compte.

Rappelons que les élus de la Ville de Tours et du Conseil métropolitain ont été élus en 2020 avec une participation très faible de 33% des électeurs et donc leur légitimité est très réduite.

Le manque d'éthique en politique de ces mêmes élus les discrédite davantage. Afin de redonner le pouvoir aux citoyens et de faire vivre la démocratie locale, nous demandons la démission de tous les élus municipaux et métropolitains pour procéder à de nouvelles élections.

L'association C'est Au Tour(s) Du Peuple
Novembre 2021