Réagir pour les libertés ! Le 12 juin un temps fort !

L’appel lancé par des personnalités sociales, associatives, politiques et syndicales est salutaire ! Car la liberté est en danger ! L’extrême droite est devenue le point de repère des droites et du gouvernement.

Extrait : « Depuis maintenant plusieurs mois nous constatons toutes et tous que le climat politique et social en France, comme partout en Europe et dans le monde est de plus en plus imprégné par l’extrême droite et ses idées.

Face à ce climat de haine, raciste et attentatoire aux libertés individuelles et collectives, nous appelons à une réaction forte, unitaire et rassembleuse, pour réaffirmer notre combat commun contre l’extrême droite, ses idées, et toutes celles et ceux qui participent à sa propagation... ». Voir l’appel plus complet et les signataires https://www.appelpourleslibertes.com/

Les lois successives depuis Sarkozy, en passant par Hollande et Valls, sont allées crescendo vers une confiscation des libertés, une criminalisation des quartiers populaire, un séparatisme forcené contre une partie de la population.

Aujourd’hui la course électorale entre les droites LR, macroniste et RN conduit à un climat dangereux. Aussi dangereux que celui qui a prévalu lors de la guerre d’Algérie et lors des tentatives des généraux putchistes.

La réponse est passée du sécuritaire à une remise en cause des libertés. Les idées d’extrême droite ne sont pas seulement « dé diabolisées » elles sont reprises par les membres du gouvernement.

Les mouvements sociaux sont durement réprimés, après les attentats terroristes, la crise sanitaire est devenue une entrée pour inscrire durablement dans la loi des dispositions de l’état d’urgence.

Alors que les précaires et les jeunes sont abandonnés, les demandeur.se.s d’emploi attaqués dans leurs droits, les services publics toujours dans le viseur... 

Des généraux et militaires gradés encore en exercices menacent la République dans un appel à peine voilé à la sédition.

L’anathème « Judéo bolchevique » d’avant guerre est recyclé en « Islamo gauchiste ».

Les syndicats d’extrême droite de la police manifeste avec un ministre de l’intérieur et des dirigeants de la droite contre la justice devant l’assemblée nationale.

Pire des leaders EELV, PS et PC, participent à cette grave remise en cause de l’indépendance du pouvoir judiciaire. Certes pas tou.te.s et heureusement !

A Tours plus de 15 organisations et associations se sont jointes aux syndicats pour appeler à manifester le 12 juin à 16h place Jean Jaurès.

Les militant.e.s, les candidat.e.s « C’est au Tour(s) du peuple 2021 » pour les élections départementales du 20 et 27 juin, sont aux côtés des signataires et manifestant.e.s du 12 juin.

Posts les plus consultés de ce blog

Tramway : la Métropole hésite et réfléchit, C’est Au Tour(s) Du Peuple propose.

C’est Au Tour(s) Du Peuple conteste le projet des lignes 2 & 3 depuis son annonce en argumentant de plusieurs points de vue : écologique (pas d’abattages d’arbres), économique (développement des transports publics) et social (gratuité totale des transports publics).

Les actions menées ces derniers mois ont démontré que de nombreuses personnes rejoignaient nos arguments et propositions.

Comment faire de la politique sans éthique avec Munsh-Masset, Schwartz, Briand et les autres ...?

Les affaires judiciaires qui touchent Tours et la Métropole s’enchaînent depuis quelques mois, démontrant une fois de plus que la démocratie ne fonctionne pas bien du tout dans notre pays.

C’est au Tour(s) du Peuple dénonce depuis sa création le cumul des mandats et a alerté à diverses reprises sur les conflits d’intérêts de plusieurs élus municipaux après l’élection de 2020. Sans obtenir la moindre réponse. Et l’on voit nombre de commentateurs faire aujourd’hui semblant de découvrir, à travers « l’affaire Münsch-Masset » (350 000 euros de dons faits à une association d’aide aux handicapés détournés pour accroître son train de vie…), que le cumul des mandats d’élu et des fonctions de direction d’organismes ou d’entreprises est à bannir si l’on veut que la démocratie s’épanouisse. Le directeur de l’APAJH 37, Guillaume Masset, avait succédé à son épouse, Cathy Münsch-Masset, sans que cela émeuve grand monde quand elle était devenue conseillère régionale et vice-présidente de la région Centre puis première adjointe de la ville de Tours en 2020, chargée de la solidarité et du handicap tout en continuant de diriger Humanisme et Habitat, étroitement liée à l’APAJH. Les deux époux siégeaient ensemble à la direction du CCAS de la ville de Tours.

Mêmes commentaires étonnés, il y a quelques mois, à propos du maire de La Riche, Wilfried Schwartz. On « découvrait » qu’il se comportait de façon inadmissible avec le personnel municipal. Les syndicats d’agents municipaux avaient pourtant donné l’alerte depuis plusieurs années. En vain : la parole d’un maire vaut toujours plus que celle d’un syndicaliste. Et cela n’avait pas empêché les élus métropolitains de le porter à la présidence de la Métropole en 2020, jusqu’à ce qu’il gifle son directeur de cabinet et soit contraint de démissionner… pour revenir comme vice-président de la Métropole, chargé des transports, lui qui a déjà fait exproprier 150 habitants de sa commune sur le trajet de la 2e ligne de tram toujours pas définitivement et légalement décidée.

Ajoutons à ces lamentables affaires « l’affaire Bygmalion » (financement illégal de la campagne électorale de N. Sarkozy en 2012) qui a vu en 2021 la condamnation de Ph. Briand, maire de St-Cyr, ancien président de la Métropole et ancien député mais aussi P-DG de Cytia, première entreprise française de gestion immobilière, et à ce titre 282e fortune du pays.

Il est temps de mettre en accord les promesses de campagne et les actes qui suivent, une fois qu’on est élu. C’est ce que C'est au Tour(s) du Peuple exigeait à sa façon tout au long des négociations qui ont précédé les dernières municipales avec la liste menée par Emmanuel Denis. Sans que nos demandes, tout à fait normales en démocratie, soient prises en compte.

Rappelons que les élus de la Ville de Tours et du Conseil métropolitain ont été élus en 2020 avec une participation très faible de 33% des électeurs et donc leur légitimité est très réduite.

Le manque d'éthique en politique de ces mêmes élus les discrédite davantage. Afin de redonner le pouvoir aux citoyens et de faire vivre la démocratie locale, nous demandons la démission de tous les élus municipaux et métropolitains pour procéder à de nouvelles élections.

L'association C'est Au Tour(s) Du Peuple
Novembre 2021