C’est Au Tour(s) Du Peuple Soutient les candidat.e de la NUPES de la 1ère circonscription d’Indre et Loire

Une délégation de C'est au Tour(s) du Peuple a rencontré le 10 mai Charles Fournier et Marie Quinton, candidats de la Nouvelle union populaire écologique et sociale dans la 1e circonscription d'Indre-et-Loire.

Nous avons échangé deux heures durant sur le programme des candidats et nos propositions, tant à l'échelle locale que nationale, et sur la façon dont ces candidats comptaient mener la campagne et agir ensuite, qu'ils soient élus ou non.

Lors de la réunion de C'est au Tour(s) du Peuple du 11 mai, notre collectif s'est réjouit qu'une dynamique politique soit lancée à gauche pour essayer de rompre avec la politique macronienne, et a décidé de soutenir les candidatures de la NUPES dans la 1e circonscription.

Mais le collectif tient à rappeler qu'une victoire électorale ne résoudra pas à elle seule les immenses problèmes qui se posent dans la France de 2022, et d'abord aux classes populaires et à la jeunesse.

De puissantes mobilisations populaires du monde du travail, des précaires et des retraités seront indispensables, ainsi que la mise en place de structures permanentes et ouvertes de dialogue entre les différentes forces de gauche, les syndicats et les associations pour confronter les points de vue et chercher collectivement les moyens de combattre les droites (tant macronienne que lepeniste) et les grands milieux d'affaires qui ne manqueront pas de s'opposer aux profonds changements pour lesquels nous luttons

C’est Au Tour(s) Du Peuple
Mai 2022

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique du Tram et des transports publics

C’est Au Tour(s) Du Peuple réclame depuis toujours une intensification de l’offre des transports publics avec un recours massif à des tram-bus, la gratuité des transports et la mise en valeur de l’étoile ferroviaire. A cela la Métropole n’a opposé qu’une unique proposition : une deuxième ligne de tramway. Or le changement de trajet, l’opposition à un passage par le boulevard Jean Royer et l’envolée des coûts (800millions d’euros ?) mettent à mal ce projet.