Le rouleau compresseur du numérique passe la 5ème

Le capitalisme néo-libéral vient de mettre un coup d’accélérateur dans le déploiement du numérique en nous faisant passer à la 5G.

En quoi la 5G consiste-t-elle ?

Pour nous, simples consommateurs, la 5G n’est qu’une petite amélioration de confort pour l’internet mobile. Il s’agit de pouvoir se connecter n’importe où, pour regarder des vidéos de bonnes qualités et sans coupure par exemple, ou jouer en ligne. C’est plus rapide que la 4G+ actuelle mais beaucoup de possédants de smartphone n’y voient pas grand intérêt, et ne l’ont pas demandée…

Ce sont surtout les objets connectés et les entreprises privées et/ou sensible qui ont un intérêt : la 5G permet la création de réseaux internes, sécurisés et ultra-réactifs.

Le monde des affaires surfe sur nous.

Eh oui, Macron nous impose cette technologie : les opposants à la 5G seront considérés Amish. On verra plus tard pour la démocratie. Ensuite, et sans aucune considération pour la planète, les industriels de tout poil se frottent les mains : nouveaux téléphones, nouvelles applis, nouveaux objets connectés. Après avoir vendu les fréquences 5G aux 4 opérateurs principaux, pour un coût de 2.8 milliards (vendues 6 milliards en Allemagne) et pour une durée de 15 ans, l’objectif est la couverture totale du territoire, notamment dans les campagnes.

Nous voyons donc fleurir des antennes 5G un peu partout dans des zones peu denses (37 570 sites 5G au 01/12/2022) mais vous n’avez encore rien vu ! En effet, les fréquences actuelles sont aux environs de 3.5 Gigahertz (GHz) et portent sur plusieurs centaines de mètres et traversent les murs. Plus tard, ce sera 26 GHz : beaucoup plus rapide mais avec moins de portée. Il faudra donc beaucoup plus d’antennes, y compris dans les villes. Pour l’instant, ce sont les objets connectés (brosse à dent, réfrigérateur, boîte à œufs, chaussures, T-shirt, nounou pour chien, etc.) qui l’utiliseront pour une réactivité instantanée.

Question ondes ?

Pas de problème, nous répondent les spécialistes : « nous sommes sous les valeurs limites » Mais la seule étude sur les conséquences sanitaires des ondes électro-magnétiques (OEM) a plus de 10 ans, et les qualifiait déjà 2B (« Peut-être cancérogène »).

Même l’ANSES (l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) dit qu’ « il est nécessaire de poursuivre la production de données, en particulier pour suivre l’évolution de l’exposition des populations au fil de l’extension du parc d’antennes et de l’augmentation de l’utilisation des réseaux 5G ». Et l’ANFR (agence gouvernementale des fréquences), qui fait les mesures sur le territoire, témoigne d’« un nombre non négligeable de points atypiques malgré la multiplication des actions correctives qui s’avèrent inefficaces ou insuffisantes à la résorption »*

Il faut continuer de s’informer et d’agir !

C’est Au Tour(s) Du Peuple s’engage à informer le public des méfaits du tout-numérique, appelle les citoyen.nes à la vigilance et encourage les élus locaux à mener des actions de résistance… Par exemple : ne pas obliger à faire les démarches en ligne (périscolaire, cantine, …), interdire la publicité encourageant l’usage du numérique, contester toute implantation d’antenne, informer les citoyens par des réunions publiques, instaurer la transparence des accords conclus avec les opérateurs, s’adresser à à Macron et ses amis.

Décidément, la 5G et le tout-numérique, c’est NON !

C’est Au Tour(s) Du Peuple
Vendredi 13 janvier 2023

* https://www.anfr.fr/liste-actualites/actualite/publication-des-analyses-des-mesures-dexposition-du-public-aux-ondes-electromagnetiques-realisees-en-2021

** Pour poursuivre : https://www.catdp.org/2021/10/5g-des-declarations-mediatiques-au.html#more

Posts les plus consultés de ce blog

Démocratie – Chronique N°1

Par Yvette Aufrère

Qu’un simple citoyen ne respecte pas la loi, cela n’attaque pas les fondements de cette loi. Qu’un représentant de la loi ne respecte pas la loi, la fait disparaître puisqu’il n’y a plus personne pour en être garant.

Emmanuel Macron n’attaque-t-il pas les principes républicains quand il fait venir le grand rabbin de France pour allumer la bougie d’Hanoukka, le 8 décembre 2023 (laïcité) ou quand il déclare, le 29 juin 2017, que certains citoyens « ne sont rien » (égalité en droit) ?

N’attaque-t-il pas le fonctionnement des institutions républicaines en faisant appel à des organismes privés remplissant la même fonction et se substituant à la fonction publique d’État, avec des contrats facturés très cher à l’État (McKinsey, Adrexo, par exemple) avec l’efficacité qu’on leur connaît ?!

N’est-il pas dans la provocation quand il crée le CNR, Conseil National de la Refondation, ayant le même sigle que le Conseil National de la Résistance, ou quand il soutient Depardieu après que celui-ci s’est répandu en propos scabreux et orduriers ?

Ne ridiculise-t-il pas la parole présidentielle quand il donne un entretien à la revue Pif Gadget ?

N’attaque-t-il pas l’institution qu’est la parole politique du chef de l’État en disant tout et son contraire sans souci de cohérence* ou en ne tenant pas des promesses, notamment à l’occasion de la Convention citoyenne pour le Climat** ?

Je souhaite, dans ces chroniques, aborder la question de la démocratie et de l’État de droit par le biais des discours qui nous sont adressés, en particulier par nos dirigeants, notamment par Emmanuel Macron. 

* Il souffle le chaud et le froid en faisant l’éloge de Gérard Depardieu, le 20 décembre 2023 dans l’émission « C à vous », pour ensuite, se défendre, le 8 mai 2024, dans le magasine « Elle », de toute complaisance vis-à-vis de l’acteur.

** « Ce qui sortira de cette Convention, je m’y engage, sera soumis sans filtre soit au vote du Parlement, soit à référendum, soit à application réglementaire directe », annonçait Emmanuel Macron en avril 2019. Alors qu’il dit en décembre 2020 « Je vais pas dire, parce que ces 150 citoyens ont écrit un truc : c’est la Bible ! ».

Décérébrer les gens avec leur consentement : Les astuces du capitalisme

par Yvette Aufrère, Tours Août 2023

e suis demandeuse d’emploi. Je dois donc justifier de ma recherche d’emploi. Mes droits sont ici assortis de devoirs. Rien de choquant jusque là. Mais ça ne s’arrête pas là. Je ne dois plus seulement rendre compte de mes actes mais aussi de ce que je pense et de comment je le pense.

Projet de loi : exterminons l’humanité, commençons par les enfants

Par Yvette Aufrère

En tant que citoyenne, je souhaite participer à la protection de la population française contre le COVID 19. Je propose de modestes idées pour aider l’État français dans sa pénible tâche de gestion sanitaire.

Je soumets ainsi l’ébauche d’un projet de loi. J’essaie de voir comment les parlementaires font d’habitude et je me lance.

Cette loi pourrait s’inscrire dans celle contre le séparatisme et être insérée dans un volet « bonnes pratiques en temps de COVID 19 ». C’est bien comme ça qu’ils procèdent ?

Elle a trait à la réouverture des écoles, et plus précisément à la gestion des repas à la cantine, lieu privilégié entre tous pour la propagation du coronavirus.