Le rouleau compresseur du numérique passe la 5ème

Le capitalisme néo-libéral vient de mettre un coup d’accélérateur dans le déploiement du numérique en nous faisant passer à la 5G.

En quoi la 5G consiste-t-elle ?

Pour nous, simples consommateurs, la 5G n’est qu’une petite amélioration de confort pour l’internet mobile. Il s’agit de pouvoir se connecter n’importe où, pour regarder des vidéos de bonnes qualités et sans coupure par exemple, ou jouer en ligne. C’est plus rapide que la 4G+ actuelle mais beaucoup de possédants de smartphone n’y voient pas grand intérêt, et ne l’ont pas demandée…

Ce sont surtout les objets connectés et les entreprises privées et/ou sensible qui ont un intérêt : la 5G permet la création de réseaux internes, sécurisés et ultra-réactifs.

Le monde des affaires surfe sur nous.

Eh oui, Macron nous impose cette technologie : les opposants à la 5G seront considérés Amish. On verra plus tard pour la démocratie. Ensuite, et sans aucune considération pour la planète, les industriels de tout poil se frottent les mains : nouveaux téléphones, nouvelles applis, nouveaux objets connectés. Après avoir vendu les fréquences 5G aux 4 opérateurs principaux, pour un coût de 2.8 milliards (vendues 6 milliards en Allemagne) et pour une durée de 15 ans, l’objectif est la couverture totale du territoire, notamment dans les campagnes.

Nous voyons donc fleurir des antennes 5G un peu partout dans des zones peu denses (37 570 sites 5G au 01/12/2022) mais vous n’avez encore rien vu ! En effet, les fréquences actuelles sont aux environs de 3.5 Gigahertz (GHz) et portent sur plusieurs centaines de mètres et traversent les murs. Plus tard, ce sera 26 GHz : beaucoup plus rapide mais avec moins de portée. Il faudra donc beaucoup plus d’antennes, y compris dans les villes. Pour l’instant, ce sont les objets connectés (brosse à dent, réfrigérateur, boîte à œufs, chaussures, T-shirt, nounou pour chien, etc.) qui l’utiliseront pour une réactivité instantanée.

Question ondes ?

Pas de problème, nous répondent les spécialistes : « nous sommes sous les valeurs limites » Mais la seule étude sur les conséquences sanitaires des ondes électro-magnétiques (OEM) a plus de 10 ans, et les qualifiait déjà 2B (« Peut-être cancérogène »).

Même l’ANSES (l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) dit qu’ « il est nécessaire de poursuivre la production de données, en particulier pour suivre l’évolution de l’exposition des populations au fil de l’extension du parc d’antennes et de l’augmentation de l’utilisation des réseaux 5G ». Et l’ANFR (agence gouvernementale des fréquences), qui fait les mesures sur le territoire, témoigne d’« un nombre non négligeable de points atypiques malgré la multiplication des actions correctives qui s’avèrent inefficaces ou insuffisantes à la résorption »*

Il faut continuer de s’informer et d’agir !

C’est Au Tour(s) Du Peuple s’engage à informer le public des méfaits du tout-numérique, appelle les citoyen.nes à la vigilance et encourage les élus locaux à mener des actions de résistance… Par exemple : ne pas obliger à faire les démarches en ligne (périscolaire, cantine, …), interdire la publicité encourageant l’usage du numérique, contester toute implantation d’antenne, informer les citoyens par des réunions publiques, instaurer la transparence des accords conclus avec les opérateurs, s’adresser à à Macron et ses amis.

Décidément, la 5G et le tout-numérique, c’est NON !

C’est Au Tour(s) Du Peuple
Vendredi 13 janvier 2023

* https://www.anfr.fr/liste-actualites/actualite/publication-des-analyses-des-mesures-dexposition-du-public-aux-ondes-electromagnetiques-realisees-en-2021

** Pour poursuivre : https://www.catdp.org/2021/10/5g-des-declarations-mediatiques-au.html#more

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique du Tram et des transports publics

C’est Au Tour(s) Du Peuple réclame depuis toujours une intensification de l’offre des transports publics avec un recours massif à des tram-bus, la gratuité des transports et la mise en valeur de l’étoile ferroviaire. A cela la Métropole n’a opposé qu’une unique proposition : une deuxième ligne de tramway. Or le changement de trajet, l’opposition à un passage par le boulevard Jean Royer et l’envolée des coûts (800millions d’euros ?) mettent à mal ce projet.