Qui sommes-nous ?

C’est au Tour(s) du Peuple (CATDP) est un collectif d’habitantes et d’habitants de Tours et alentours, organisé sous forme associative.

Constitué en 2013, il a présenté une liste aux municipales de 2014, puis soutenu aux dernières municipales la liste CATDP2020.

Travaillant à dépasser le capitalisme productiviste et les institutions de la démocratie pseudo-représentative, il intervient comme force de critique, de proposition et d’action dans tous les domaines-clés de la vie des habitants de Tours et de la Métropole.

Après comme avant les municipales de 2020, l’association C’est au Tour(s) du Peuple (CATDP) continuera son action dans les luttes et les élections pour une véritable transformation démocratique, sociale, écologique et féministe de notre société.

Si vous souhaitez nous rejoindre, c’est ici !

« Je crois ce que je dis, je fais ce que je crois » (Victor Hugo)

Posts les plus consultés de ce blog

Traminator : un combat pour la gratuité des transports publics

L’association CATDP propose depuis très longtemps la mise en place de la gratuité totale des transports publics sur l’agglomération de Tours. En septembre 2016, elle organisait déjà un débat avec les partis politiques et les syndicats sur ce thème.

Le mouvement des gilets jaunes et les mobilisations pour le climat n’ont fait que renforcer notre engagement pour cette gratuité totale, car non seulement c’est une mesure sociale importante (on calcule que pour une famille de 4 personnes c’est 1500€ d’économies par an) mais aussi une mesure écologique pour lutter contre la pollution automobile. Elle a aussi l’avantage de favoriser le développement de l’activité économique, commerciale, culturelle et sportive, de supprimer les aberrations de la tarification sociale actuelle et de favoriser la mixité sociale.

Projet de loi : exterminons l’humanité, commençons par les enfants

Par Yvette Aufrère

En tant que citoyenne, je souhaite participer à la protection de la population française contre le COVID 19. Je propose de modestes idées pour aider l’État français dans sa pénible tâche de gestion sanitaire.

Je soumets ainsi l’ébauche d’un projet de loi. J’essaie de voir comment les parlementaires font d’habitude et je me lance.

Cette loi pourrait s’inscrire dans celle contre le séparatisme et être insérée dans un volet « bonnes pratiques en temps de COVID 19 ». C’est bien comme ça qu’ils procèdent ?

Elle a trait à la réouverture des écoles, et plus précisément à la gestion des repas à la cantine, lieu privilégié entre tous pour la propagation du coronavirus.